Technos et Innovations

Paiement sans contact : Apple, Google et RIM affûtent leurs armes

, , ,

Publié le

Après Nokia, c'est au tour d'Apple, de Google et de RIM de se préparer à l'intégration matérielle et logicielle des puces sans contact NFC (Near Field Communications). L'objectif : être parmi les premiers à proposer des solutions de paiement sur mobile.

Paiement sans contact : Apple, Google et RIM affûtent leurs armes © D.R.

« Les puces NFC sont déjà prêtes », rappelle Basile Carle, consultant du cabinet français Idate, lorsqu'on l'interroge sur le regain d'intérêt suscité par cette technologie de radio-identification à courte portée, permettant d'échanger de façon sécurisée des données entre une puce et un lecteur dédié, par exemple pour la validation d'un ticket de transport. « Pour les fabricants de mobiles, tout l'enjeu consiste désormais à généraliser la présence de ces puces NFC [produites par des fabricants comme STEricsson, Sony et Samsung] dans leurs terminaux afin de faciliter le développement de nouveaux services associés », poursuit-il.

 

Sur ce terrain, Nokia fait toujours figure de précurseur : après avoir sorti trois téléphones NFC depuis 2008, il a récemment promis qu'il intégrera le « sans contact » à tous ses nouveaux smartphones d'ici 2011. Mais le finlandais devrait être prochainement rejoint par ses grands concurrents nord-américains, qui souhaitent s'appuyer sur le NFC pour proposer leurs premières solutions de paiement sur mobile.

 

Apple, Google et RIM se préparent

 

Apple a recruté cet été le français Benjamin Vigier, spécialiste des cartes de paiement sans contact, et le groupe est suspecté de vouloir faire de son iPhone 5 une carte de paiement. Quant à Google et RIM (Research In Motion), ils viennent eux aussi de sortir du bois. Mi-novembre, le PDG de Google a annoncé, lors d'une conférence sur le "web 2.0" organisée à San Francisco, que la prochaine version du système d'exploitation Android (Android 3.0) sera compatible avec les puces « standards » de paiement sans contact. Et le patron du canadien RIM, père du Blackberry, n'a pas caché son intention de travailler sur un projet similaire : « Nous serions stupides de ne pas proposer le NFC à court terme, or nous ne sommes pas stupides ».

 

Quels sont les enjeux techniques à relever ? Selon Basile Carle, les fabricants vont de plus en plus intégrer les composants NFC à des systèmes SoC (System-on-Chip) intégrant plusieurs puces, dont celle permettant de gérer les technologies réseaux 2G et 3G. Pour le consultant, « c'est à partir de cette intégration, qui a déjà commencé [chez Gemalto, notamment], que l'on pourra voir si le marché est réellement en train de décoller ». Un autre enjeu « réside dans la gestion sur la puce de la sécurité des identifiants et des données personnelles ».

 

Enfin, si l'arrivée de nouveaux mobiles sans contact est probable, il reste à voir si les terminaux de lecture seront au rendez-vous. Aux Etats-Unis, c'est en bonne voie : les trois premiers opérateurs mobiles du pays (Verizon, AT&T et T-Mobile USA) viennent de s'allier pour proposer, d'ici 18 mois, un nouveau réseau national « Isis » de paiement sur mobile, en partenariat avec la Barclays. En France, certaines initiatives locales, dont le projet « Nice, ville du sans-contact », progressent. Mais elles avancent assez lentement, faute de terminaux. Patience...

 

Christophe Dutheil

 

A lire aussi :

 

NFC : Valeo et Orange dévoilent leur première clé de contact sur mobile

Sans contact : Le gouvernement va soutenir 13 projets

 

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte