Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Pacte de responsabilité : le Medef précise son exigence d'une baisse d'impôts de 25 milliards d'euros

Elodie Vallerey ,

Publié le

Après avoir été reçu à Matignon par le Premier ministre, le président du Medef Pierre Gattaz a laissé entendre que les patrons demandaient jusqu'à 60 milliards d'euros de baisse de charges d'ici à 2017, dont 25 milliards en abaissement d'impôts.

Pacte de responsabilité : le Medef précise son exigence d'une baisse d'impôts de 25 milliards d'euros © Pascal Guittet

A la veille de l'ouverture des Assises de la fiscalité, le Medef place ses pions. Ce 27 janvier, les représentants syndicaux et patronaux se succèdent dans le bureau du Premier ministre à Matignon.

Après la CGT et FO, le président du Medef Pierre Gattaz a été reçu par Jean-Marc Ayrault afin d'évoquer le pacte de responsabilité initié pour relancer l'emploi.

Nouveauté dans le discours du "patron des patrons" : le chiffrage de la baisse attendue des impôts sur les entreprises à 25 milliards d'euros d'ici à 2017.

"Il n'y aura de création d'emplois que si rapidement des mesures fiscales et sociales se mettent en oeuvre", a-t-il défendu à l'AFP à la sortie de son entretien. "L'emploi, je le rappellerai toujours, n'est qu'une conséquence de mesures d'allègement, de désasphyxie de l'économie française".

Et de rappeler que "le président de la République avait dit qu'il y avait un écart de compétitivité qu'il fallait réduire d'ici 2020, d'un montant de 116 milliards d'euros de charges en trop sur les entreprises".

"Nous considérons que prendre la moitié comme objectif en 2017 serait un bon objectif, à travers 35 milliards en abaissement du coût du travail et 25 milliards en abaissement des impôts", a-t-il détaillé.

 

 

 

 

 

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

27/01/2014 - 17h10 -

Il faut BAISSER les charges sans aucune contrepartie ! Supprimer tous les parasites qui gravitent autour des entreprises (CCI, Chambre régional de métier at artisanat, CRAM, URSAFF, Médecine du travail (totalement incompétente,….)…), supprimer les syndicats qui font fuir les nouveaux entrepreneurs,… ) , créer un code du travail qui tient sur une page, il faut privatiser Pôle Emploi en le vendant aux agences d’interim,…), en compensation de la suppression des charges salariales et patronales sur les salaires l’Etat doit supprimer toutes les aides aux entreprises (CICE, crédit d’impot,… car une partie de ces crédit sont détournés par les grands groupes au profit de leur holding au Luxembourg et ailleurs : Mc Donald’s, les agences d’interim, Amazon,… et bien d’autres) et taxer les produits importés de Chine (faire payer le coût du social à ceux qui ont contribué à la désindustrialisation de notre pays , c’est-à-dire la Chine en grande partie !).
et ensuite les entreprises se débrouilleront et pourrons baisser leur prix pour remporter de nouveaux marchés qui seront source de création d’emplois, mais l’Etat ne doit plus asphyxier les entreprises avec ses taxes parasites !
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle