Pacte de responsabilité : la CFDT s’interroge sur la confiance à accorder au Medef

Réunis en congrès à Marseille, les militants de la CFDT se demandent s’ils doivent encore croire à des contreparties patronales aux allègements de charges prévus dans le pacte de responsabilité.

Partager

Pacte de responsabilité : la CFDT s’interroge sur la confiance à accorder au Medef

"Le patronat ne nous mérite pas" a lancé un militant lundi 2 juin, jour d’ouverture du 48è congrès de la CFDT. A Marseille, parmi les 1800 délégués - représentant syndicats, fédérations professionnelles et unions régionales - de la CFDT, beaucoup s’interrogent : "avons-nous eu raison de faire confiance au patronat, en nous engageant sur le pacte de responsabilité ?" se demande par exemple Claude Guennoc, secrétaire du syndicat métallurgie des Côtes d’Armor. "Nous avons fait un pari sur l’avenir, risqué, c’est un coup de poker ! Va falloir que le patronat joue le jeu."

La sortie de Geoffroy Roux de Bézieux dans le Figaro, mercredi 4 juin, a refroidi les troupes du syndicat réformiste. Le vice-président du Medef y critiquait un "matraquage fiscal" et menaçait de sortir du pacte de responsabilité. "Une provocation insupportable", a réagi dès mercredi Laurent Berger, patron de la CFDT, signataire du pacte en mars dernier. Il avait lui-même menacé de quitter le pacte si les organisations patronales n’entamaient pas les négociations de branches sur les contreparties.

Moyens de pression

Menace toute théorique, puisqu’il ne s’agit pas d’un accord, mais d’un soutien symbolique à une décision gouvernementale. La CFDT ne s’estime pas pour autant démunie de tout moyen de pression. "Si le patronat ne propose rien, nous pouvons faire pression, au sein du comité de suivi des contreparties, pour que le gouvernement renonce aux allègements de charges", affirme Hervé Garnier, secrétaire national. "Nous bataillerons pour que les entreprises n’aient rien", confirme Véronique Descacq, secrétaire générale adjointe.

S’ils doutent de l’engagement du patronat, peu de militants remettent en cause le choix de leur confédération. "Baisser les charges, ça peut être bon pour l’emploi", estime un représentant du syndicat chimie-énergie de Haute-Normandie. "Il faut s’engager, on ne peut pas tout le temps être contre les patrons, c’est eux qui nous donnent du boulot." La direction de la CFDT s’attendait à se voir reprocher une certaine proximité avec le gouvernement. Aucune voix ne s’est exprimée dans ce sens.

"plus le temps de finasser"

La métallurgie est la seule branche à s’être vraiment lancée dans un examen des contreparties. Après une première réunion d’organisation en janvier, deux autres ont permis de définir un programme de travail, et les négociations démarrent vraiment mardi 10 juin. Dominique Gillier, secrétaire général de la CFDT métallurgie jusqu’à fin juin - il sera remplacé par Philippe Portier, rend même hommage à l’UIMM, organisation patronale de la branche, "qui a compris qu’elle ne pouvait pas louper cette opportunité". Ajoutant : "on a besoin d’organisations patronales responsables et structurantes". Il espère aboutir, avant la fin de l’année, sur des objectifs chiffrés d’accueil des jeunes en alternance ou contrat de génération dans la branche, et sur des engagements sur la formation professionnelle des métiers en tension et métiers d’avenir.

Le président du Medef a dû sentir le vent des boulets au-dessus de sa tête. Il a réagi jeudi 5 juin sur son blog, se défendant de "geindre" ou "pleurnicher". "Nous n’avons plus le temps de finasser", écrit Pierre Gattaz, qui appelle à "accélérer" le pacte de responsabilité, à le rendre "concret et opérationnel". Avant de préciser que selon lui, "pour recréer une dynamique massive de création d’emplois, le pacte de responsabilité ne suffira pas". Et de lancer un appel à faire sauter d’autres verrous.

Cécile Maillard

Cécile Maillard Journaliste relations sociales et enseignement supérieur

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Formation

Manager de l'environnement de travail

Paris - 16 mars 2021

Services Généraux

Maîtriser les aspects de sécurité au travail de votre fonction

Trophée

TROPHÉES DES USINES 2021

Live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Déposez votre dossier avant le 5 février pour concourir aux trophées des usines 2021

Formation

Espace de travail et bien-être des salariés

Paris - 01 juin 2021

Services Généraux

Optimiser l’aménagement du bureau

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE
ARTICLES LES PLUS LUS