Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Pacte de compétitivité : Louis Gallois revient sur les premières mesures

, , , ,

Publié le

Invité de la matinale de BFM Business mercredi 10 avril 2013, Louis Gallois l’ancien patron d’EADS et l’actuel commissaire général à l’investissement est revenu sur les six premiers mois d’adoption du pacte de compétitivité par le gouvernement Ayrault.  

Pacte de compétitivité : Louis Gallois revient sur les premières mesures © D.R.

Louis Gallois, ancien patron de la SNCF et d’EADS, aujourd’hui commissaire général à l’investissement est revenu mercredi 10 avril 2013 sur le pacte de compétitivité, adopté par le gouvernement le 6 novembre 2012 et né du rapport qu’il a présenté sur la compétitivité des entreprises françaises. Louis Gallois se dit "plutôt satisfait de ce qui a été fait depuis six mois". Il ajoute que néanmoins "on ne peut pas remonter dix ans de perte de compétitivité en six mois, il faut des années de travail et de la persévérance, le gouvernement sera jugé sur sa capacité à tenir l’effort".

Il se félicite qu’un certain nombre de mesures soient déjà mises en œuvre. Il a notamment évoqué la mise en place de la Banque populaire d’investissement, le crédit d’impôt compétitif pour l’emploi, le prêt de financement pour les PME pour lequel il a affirmé que 350 millions d’euros ont déjà été versés à plus de 1000 entreprises. Louis Gallois est également revenu sur le redéployement des crédits et la création des comités de filières. Il a rappelé que "cela prend du temps de faire travailler les gens ensemble" mais a tenu à évoquer le succès de la mesure dans le secteur automobile.

Une France "en attente"

Louis Gallois qualifie l’accord sur l’emploi, signé le 11 janvier par les partenaires sociaux et voté le 9 avril dernier par les députés, de "pendant du pacte de compétitivité". Il souligne "la prise de conscience du patronat" quant à la précarité du CDD et celle des partenaires sociaux concernant la nécessité de flexibiliser le CDI.

Le commissaire général à l’investissement a également parlé d’une France "en attente" mais dans laquelle les industriels restent dynamiques notamment grâce aux investissements d’avenir qui redéployent l’argent du Grand Emprunt lancé en 2010. Déjà 3 milliards d'euros ont été investis sur l’innovation, pour une somme totale prévue de 4 milliards d’euros.

Enfin il conclut en évoquant l’Allemagne, première puissance économique d’Europe, seul pays capable de relancer la croissance au niveau européen d'après lui. Il suggère tout de même à nos voisins allemands de créer un salaire minimum afin de relancer le pouvoir d’achat et ainsi assurer la croissance pour tous.


 



Wassinia Zirar

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle