Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

PACA2M pulvérise les optiques de grande dimension

Publié le

Grâce à sa taille et à sa technologie, cette machine de dépôt de couches minces par pulvérisation cathodique réalise des traitements optiques uniques en Europe.

> Uniformité de traitement optimale sur toute la surface de l'optique > Contrôle optique in situ et en temps réel > Apte à fonctionner 24 h / 24 grâce à sa capacité d'auto-chargement Mise au point grâce au soutien du pôle de compétitivité Optitec et des collectivités locales, PACA2M ne servira pas qu'aux marchés de Cilas. « Une convention de mutualisation est en cours de finalisation, confie Jacques Boulesteix, le président d'Optitec. Le pôle garantira et articulera cette approche, en vertu d'une méthodologie à définir. Mais l'objectif est clair : PACA2M, en confortant l'expertise régionale en matière de dépôt de couches minces, doit devenir un vecteur d'attractivité en Provence pour d'autres entreprises françaises et européennes intéressées par son utilisation. »

Dans la salle blanche qui l'abrite, PACA2M impressionne. Long de 18 mètres, cet équipement mis au point sous l'égide de Cilas, un spécialiste du laser et de l'optronique, installé à Aubagne (Bouches-du-Rhône), devrait vite devenir indispensable aux industriels du spatial, de l'astronomie et du solaire, ou à la réalisation de grands instruments scientifiques. Née d'un projet R et D du pôle de compétitivité Optitec, cette machine peut réaliser des dépôts de couches optiques sur des pièces de 2 m x 2 m, avec une épaisseur maximale de 40 cm et un poids allant jusqu'à 1,5 tonne.

L'origine de PACA2M remonte à 2007 et au projet Laser mégajoule, dédié à la simulation d'explosions nucléaires. « Pour les réflecteurs du laser, nous allions devoir traiter 50 000 pièces optiques d'une surface totale de 10 000 m2, avec de très hautes exigences de performances, explique le directeur général de Cilas, Michel Poulat. Nous avons ciblé une machine de taille inédite sur le marché, pour nous ouvrir au monde des miroirs spatiaux, des grands télescopes, des fours solaires... »

Cilas persuade Optitec d'appuyer le dossier, puis mobilise Alliance Concept, un fabricant de systèmes de dépôt de couches minces, et l'institut Fresnel, pour son savoir-faire dans les procédés de dépôt et le contrôle optique. Thales Alenia Space apporte son éclairage de futur prescripteur sur le traitement des miroirs de télescopes spatiaux. Fin 2007, le projet est prêt sur le papier. « La grande dimension de l'équipement de pulvérisation cathodique constituait le principal défi technique », confie Gilles Veyrat, le dirigeant d'Alliance Concept. « Cette difficulté a pesé aussi sur la durée des essais, plus longs que prévu », ajoute Gilles Borsoni, le directeur de Cilas Aubagne.

AUSSI ADAPTÉ AUX GRANDES SÉRIES DE PETITS COMPOSANTS

Opérationnelle, après plus de 6 millions d'euros d'investissement, PACA2M peut réaliser des dépôts de matériaux métalliques et diélectriques (argent, aluminium, silice...). Après un passage dans la « machine de nettoyage » à ultrasons fournie par l'italien BDM, le substrat (verre, métal, plastique...) est installé sur un chargeur comportant cinq plateaux. Commence alors la procédure automatisée de traitement optique par défilement du plateau. « S'il a été conçu pour de grandes pièces, l'outil peut aussi prendre en charge des grandes séries de petits composants avec un haut niveau de précision et des coûts de production impossibles à obtenir sur une machine plus petite », assure Jacques Battistella, le PDG de Cilas. PACA2M se distingue par la résistance de ses dépôts à des situations extrêmes et par l'uniformité obtenue sur toute la surface du substrat. « Le contrôle des propriétés de réflectivité et de transmission s'opère en cours de réalisation des dépôts, afin d'apporter les corrections éventuelles sans perte de temps », souligne Hugues Giovannini, le directeur de l'institut Fresnel. Présentée fin janvier avec l'appui d'Ubifrance sur le salon Photonics West de San Francisco à 80 donneurs d'ordres, la machine aurait suscité beaucoup d'intérêt. Outre le Laser mégajoule, PACA2M sera mis à contribution par le Cnes pour des optiques de grands télescopes. La machine réalisera aussi les miroirs du four solaire d'Odeillo pour la DGA, et des composants conçus par le Laboratoire d'astrophysique de Marseille.

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle