Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

OVH accélère son expansion dans le cloud pour doubler de taille d’ici à 2020

Ridha Loukil , , , ,

Publié le

Le dragon français du cloud OVH, qui vient d’ouvrir cinq nouveaux datacenters, prévoit d’en construire 23 autres dans quelques années.  Objectif : devenir une société de 4 200 personnes et 1 milliard d’euros de chiffre d’affaires en 2020, le double de la taille actuelle.

OVH accélère son expansion dans le cloud pour doubler de taille d’ici à 2020 © OVH

"Tout s’accélère. Et ce n’est que le début. Nous entrons dans une nouvelle étape de notre développement que nous baptisons Next Level et où nous comptons accomplir des projets fous." C’est ainsi qu’Octave Klaba, PDG-fondateur d’OVH, a ouvert son évènement OVH Summit devant quelques 2 000 personnes parmi ses clients et partenaires, à Paris, le 17 octobre 2017.

Multinationale avec l'agilité de start-up

Le dragon français du cloud, encore perçu d’abord comme un hébergeur de sites Web, veut changer de dimension et d’image, avec l’objectif de jouer dans la cour des grands du cloud mondial. "OVH n’est plus une start-up, affirmait Octave Klaba il y a deux ans. Aujourd’hui, nous sommes une multinationale présente dans 19 pays, martèle-t-il aujourd’hui. Nous embauchons 80 personnes par mois, mais nous gardons l’esprit d’innovation et l’agilité d’une start-up. Nous voulons devenir une société de 4 200 personnes et 1 milliard d’euros de chiffre d’affaires en 2020."

Fondée en 1999 à Roubaix, OVH compte aujourd’hui 2 100 personnes dont 1500 en France, et affiche un chiffre d’affaires de 400 millions d’euros sur son dernier exercice clos en août 2017, en croissance de 30%. L’objectif d’Octave Klaba est donc de doubler de taille d’ici 2020. Si la société est connue surtout pour ses services d’hébergement Web, c’est le cloud d’infrastructure qui constitue son principal moteur de développement. Selon Octave Klaba, il représente la moitié du chiffre d’affaires et croit de 50% en moyenne par an.

ëtre fort partout

"Nous voulons être un fournisseur de cloud à hyper échelle, lance-t-il. Des acteurs de cette catégorie, il n’y en pas beaucoup dans le monde. Il y a les américains Amazon Web Services, Microsoft et Google, et les chinois Baidu, Tencent et Alibaba. Les avoir comme concurrents est extrêmement stimulant pour nous. Notre ambition est d’être l’alternative européenne. Mais pour être fort en Europe, il faut être fort partout."

C’est pourquoi OVH vient d’ouvrir cinq nouveaux datacenters : trois en France (Roubaix, Gravelines et Strasbourg), un au Canada et un en Virginie, son premier aux Etats-Unis. De quoi porter son infrastructure à 27 centres de données dans le monde réparties sur 12 sites et 8 pays. Et le Français n’entend en rester là. "Nous allons ouvrir bientôt un deuxième datacenter aux Etats-Unis, sur la côte ouest, et des datacenters en Italie et en Espagne, promet Octave Klaba. Nous allons poursuivre notre expansion de façon à disposer dans quelques années de 50 datacenters dans le monde."

Pas d'introduction en Bourse en vue

Cette expansion s’inscrit dans un plan d’investissement de 1,5 milliard d’euros en cinq ans (2016-2020). La société ne cesse de revoir à la hausse ses plans. "Nous n’avons pas de frein financier, confie Octave Klaba. Nous avons les moyens de financer nos projets de développement. Si besoin nous lèverons de nouveaux fonds." Mais pas question d’envisager une introduction en Bourse. Du moins pas à ce stade.

OVH fonde beaucoup d’espoirs sur son implantation aux Etats-Unis qui constituent le plus gros marché du cloud avec selon Russ Reeder, patron de la filiale américaine, 56% du marché mondial. Le Français va se confronter aux "Big Four" américains : Amazon Web Services, Microsoft, IBM et Google. Un vrai défi qui ne semble pas faire peur à Russ Reeder. "Nous pensons nous distinguer par une offre qui combine les bons niveaux de prix, de performances et de service client, explique-t-il. Nous avons une réelle opportunité car 65% des entreprises aux Etats-Unis en sont encore à une informatique traditionnelle basée sur une infrastructure en propre."

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle