Où sont les dépenses inutiles ?

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Où sont les dépenses inutiles ?

La vraie campagne, avec son casting complet, commence enfin. Elle ne ressemblera pas aux autres, tant la situation de la France, de l’Europe et du monde a changé. Dans un décor dépouillé, sponsorisé par Standard and Poor’s et Moody’s, les acteurs principaux entrent en scène dans leurs petits souliers. Dans la salle, le public n’est pas commode. Il est averti, exigeant, voire sceptique. Prêt à lancer sa chaussure s’il estime qu’on se fiche de lui.

Ce contexte, François Hollande et Nicolas Sarkozy, les deux candidats les mieux placés pour l’emporter, l’ont bien à l’esprit. Ni l’un ni l’autre n’osera soumettre au suffrage des propositions dispendieuses. Le premier, dès qu’il promet des mesures coûteuses, s’empresse de les équilibrer par des économies. Le second –même si son programme n’est pas encore connu– se montrera forcément plus rigoureux encore. Une campagne raisonnable, sans leurres, c’est un signe de maturité démocratique. Mais des programmes trop sages, sans ambition, se révèleraient dangereux : ils feraient les affaires des populistes. Un programme sérieux, c’est aussi un programme qui dégage des marges de manoeuvre.

En effet, au lendemain de la présidentielle et des législatives, après les premières mesures votées à l’été par le Parlement, la grande question qui se posera à la France, comme à ses voisins européens, sera celle de la croissance. Ce n’est pas par les hausses d’impôts que le nouveau gouvernement stimulera la création de richesse. Pour relancer la machine, et honorer nos engagements de retour à l’équilibre, il faudra trouver des moyens budgétaires. Et, pour cela, s’attaquer aux dépenses publiques, celles de l’État comme celles des collectivités.

Pour l’instant, les prétendants restent discrets sur ce sujet. Trop de coups à prendre, pensent-ils. Ils doivent pourtant sortir du bois et désigner les dépenses inutiles. Ou si l’on préfère, utiles, mais plus du tout dans nos moyens ! Pour dégager des marges, il va falloir tailler dans les dépenses. Supprimer purement et simplement certains services ou administrations. N’est-ce pas plus juste, et finalement plus facile à mettre en oeuvre, que de serrer la ceinture à tous les fonctionnaires ? À l’hôpital, dans les commissariats, au régiment ou à l’école, les personnels sont au taquet. C’est ailleurs qu’il faut couper, mais où ? Tiens, pourquoi ne pas lancer un site web, ouvert à tous les citoyens, pour récolter leurs suggestions ?

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS