Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Ossif : les grands utilisateurs de logiciels open source unissent leurs forces

Publié le

Ossif : les grands utilisateurs de logiciels open source unissent leurs forces © DR

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

Opees et Babylone dans l'aéronautique. Genivi dans l'automobile. Open Healthcare dans la santé... La tendance est au rassemblement des grands utilisateurs de logiciels libres. En ligne de mire : une réduction des coûts de développement des briques de base et une montée en compétence sur les composants à plus forte valeur ajoutée.

« Les exemples de coopération se multiplient entre les grands industriels utilisant des composants open source », selon Alexandre Zapolsky, PDG de la société de services en logiciel libre Linagora, qui vient d'animer une journée d'information sur les enjeux de l'open source dans l'industrie (l'Ossif, pour « Open Source Industry Forum »). Optimiste ? Non, si l'on en croit la plupart des participants à cette manifestation toulousaine, qui citent entre autres Genivi (une alliance de constructeurs automobiles pour le développement de briques open source « non différenciantes ») et Open Healthcare (dans la santé aux Etats-Unis).

Opees

Les systèmes embarqués critiques ne sont pas en reste. Initié par Airbus, le projet européen Opees (pour « Open Platform for the Engineering of Embedded Systems ») a pour principal objectif de « soutenir l'utilisation de logiciels open source dans le secteur de l'embarqué et de faciliter leur certification », explique Pierre Gaufillet, spécialiste en génie logiciel à Airbus. « Nous avons besoin de maitriser un certain nombre d'éléments par rapport aux outils open source que l'on est susceptibles d'utiliser pour les systèmes critiques », explique-t-il. « Il nous faut intégrer les différentes évolutions de ces composants, améliorer les processus de décision et organiser nos collaborations », renchérit de son côté Gérard Ladier, délégué « recherche et développement » sur les logiciels et les systèmes embarqués au sein du pôle Aerospace Valley. Pour lui, un industriel utilisant de l'open source doit s'assurer que le produit est « pérenne » et qu'il « continue d'évoluer dans [son] sens ».

L'initiative Opees – qui devrait être prochainement soutenue par une structure dédiée - est un premier pas. Elle fédère déjà des groupes d'utilisateurs espagnols, estoniens, belges, hollandais, norvégiens ou suédois. Des groupes qui interviennent dans l'aéronautique. Mais pas seulement : « Nous travaillons aussi avec de grands équipementiers télécoms, comme Ericsson, qui sont déjà très actifs dans l'open source et rencontrent des problématiques assez proches des nôtres, notamment en terme de disponibilité », souligne Pierre Gaufillet.

Babylone

En parallèle, le projet Babylone – soutenu par l'Etat et le conseil régional Midi-Pyrénées – cherche à stimuler l'adoption de l'open source dans l'aéronautique. Fédérant des industriels (PSI-S, ECA Sinters, Nolam Embedded Systems...) et des centres de recherche (Icam, Inria...), il vise à « définir des briques technologiques - composants matériels et logiciels - certifiables », d'après Loïc Urbain, directeur R&D chez ECA Sinters, un fournisseur d'équipements aéronautiques embarqués. Ces briques ont « vocation à être intégrées dans des produits ayant des problématiques de sûreté de fonctionnement, de fiabilité et de certification ».

L'intérêt ? « La conception et la maintenance de ces différents composants coûteraient très cher pour une PME. Les utilisateurs finaux sont prêts à payer pour la valeur ajoutée que l'on apporte à ces produits mais pas pour toute la phase amont de développement. L'open source est un moyen pour mettre en commun un sous-ensemble de composants certifiables qui seront proposés aux intégrateurs. Lesquels les packageront pour les mettre à disposition des utilisateurs finaux ».

D'autres projets viendront certainement renforcer ces initiatives prochainement. « Dans le cadre du grand emprunt, nous préparons actuellement à Toulouse un dossier d'institut de recherche technologique (IRT) couvrant des domaines allant des nanosciences aux systèmes embarqués », indique Gérard Ladier. Et l'une des composantes de cet IRT devrait intégrer un laboratoire qui  travaillera sur les problématiques liées à l'open source ».

Christophe Dutheil

Légende photo :
De gauche à droite : Jean-Michel Fabre, conseiller au CG31, Pierre Cohen, député maire de Toulouse, Jean-Marc Thomas, président d’Aerospace Valley, Aurélie Bray, responsable du développement économique de la DIRECCTE Midi Pyrénées - chargé de mission auprès du préfet de région Midi Pyrénées et Alexandre Zapolsky, Président de la Fnill et PDG de Linagora.

 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle