Economie

Oséo se renforce pour aider les PME

,

Publié le

La banque publique des PME a augmenté son capital de 440 millions d’euros et fusionné ses structures au 1e janvier

Oséo se renforce pour aider les PME

C’est un beau succès. Depuis 2009, la banque a déjà distribué 800 millions d’euros de quasi-fonds propres pour des PME et des ETI (entreprise de taille intermédiaires : de 250 à 5 000 salariés). L’enveloppe d’un milliard d’euros prévue pour financer le dispositif (baptisé contrat de développement participatif) jusque fin 2011 devrait être épuisée plus vite que prévue.

En 2011, la banque publique veut continuer sur sa lancée pour aider les PME à se relancer après la crise et leur « donner des sucres lents ». Une nouvelle enveloppe pourrait être accordée à Oséo pour faire face à la demande des PME. « Nous espérons trouver un relais pour continuer à soutenir les quasi fonds propres des PME », souligne François Drouin, le président d’Oséo.

Pour les petites entreprises, le dispositif d’Oséo permet de renforcer ses fonds propres sans ouvrir leur capital ni valoriser leurs entreprises. « Un dispositif intéressant alors que beaucoup de valorisations ont chuté avec la crise.», souligne François Drouin. Plus de 800 entreprises en ont profité dont 40 % dans l’industrie.

Pour suivre l’augmentation de son activité, la banque publique dispose désormais aussi de marges de manœuvres supplémentaires. Oséo a augmenté de 440 millions son capital. « Avant notre ratio d’encours sur fonds propres était inférieur à celui des banques privées françaises, nous sommes maintenant à près de 9 % », souligne encore le président de la structure.

Pour gagner aussi en efficacité, la banque née du rapprochement de la BDPME et d’Anvar a enfin depuis le 1er janvier parachevé sa fusion, cinq ans après sa création. « Cela nous simplifie la vie, et contribue à l'efficacité », reconnaît François Drouin, le président d’Oséo. La fusion devrait aussi représenter une économie de 2,5 millions d’euros par an en régime de croisière.

Des prêts verts en phase de préchauffage
Une petite cinquantaine de dossiers financés depuis l’été seulement. Oséo distribue au compte goutte les prêts verts bonifiés. Un flop ? « C’est du caviar, une denrée rare. On ne veut pas aller trop vite pour les distribuer», se justifie François Drouin, le président de la banque des PME, qui vient d’achever sa fusion depuis le 1er janvier.  Il n’empêche. Malgré une campagne de publicité en septembre, Oséo a surtout du mal à trouver des PME motivées. Le dispositif, qui permet d’accorder des prêts pour financer jusqu’à 40 % des programmes d’investissements améliorant la performance environnementale des entreprises, est jugé trop complexes pour certaines. Du côté de Matignon, on invoque sans trop y croire une histoire de saison : « les prêts verts partiront mieux au printemps qu’à l’hiver» confie un proche du dossier. Le dispositif est pourtant plutôt bien doté avec 300 millions d’euros issus du grand emprunt pour des prêts et 200 millions pour des garanties bancaires.
 

 

 


Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte