Orsyp, une PME heureuse, rachète Sysload

Orsyp, PME spécialisée en automatisation de production informatique rachète l’éditeur Sysload. François-Xavier Floren, PDG d’Orsyp, raconte l’histoire de cette société reprise par ses employés il y a 2 ans.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Orsyp, une PME heureuse, rachète Sysload

En faisant tomber l’éditeur français Sysload dans son escarcelle, Orsyp réalise une belle opération. Pour le montant de la transaction tout d’abord, environ un an de chiffre d’affaires de Sysload (CA 2008 : 5 M€) et ensuite par l’évidente complémentarité des gammes de logiciels. Le métier d’Orsyp consiste en effet à automatiser le traitement de tâches sur les serveurs et vérifier qu’elles s’exécutent correctement. Une opération réalisée par son logiciel phare, Dollar Universe. En aval, Sysload avec SP Monitor ou SP Analyst assure la supervision et l’analyse des capacités des serveurs. Cerise sur le gâteau, les logiciels de Sysload fonctionnent sur des plates-formes virtualisées.

Cet environnement virtualisé est de plus en plus adopté par les services informatiques sous la pression des coûts et du maintien de la qualité de service, « les serveurs sont aujourd’hui à 70% d’occupation de charge contre 30% hier. Pour les services de production informatique cela crée une nouvelle pression. D’autant plus que l’infrastructure représente globalement un tiers des budgets, dont la moitié en personnel et l’autre en maintenance », détaille François-Xavier Floren, PDG d’Orsyp.

En fusionnant les deux outils, Orsyp sera à même de fournir à ses quelques 1200 clients, essentiellement des grands comptes, Cisco, France Télécom, PSA, General Electric, ou Federal Express, une suite complète pour leurs infrastructures IT, reposant sur des agents logiciels et des consoles d’administration web. En termes d’organisation, selon le PDG d’Orsyp, cette opération est quasiment transparente pour les deux éditeurs. Réalisée en fin de semaine dernière, l’organigramme est déjà revu et les 30 employés de Sysload commenceront à travailler dès mardi avec ceux d’Orsyp.

Cette opération de croissance externe a été longuement mesurée par Orsyp. Malgré deux décennies d’existence, le mode de fonctionnement de l’entreprise s’est trouvée modifiée il y a deux ans après le rachat de la société en « management buy out » par 28 employés de l’entreprise, soutenus par le fonds Argos Soditic. « Nous avons décidé d’associer les 28 managers et tous ont signé dans les mêmes conditions, achats. Ce qui crée une communauté d’intérêts avec pour avantage un réel alignement entre les intérêts économiques et métiers », explique François-Xavier Floren. Cette implication des employés pèse aussi sur les réflexions avant tout investissement.

Ce mode de gouvernance permet aussi à cette PME de maintenir une réelle indépendance, farouchement défendue par son PDG. Pour lui, c’est une condition pour proposer à ses clients des logiciels plus pointus que ceux de ses concurrents (CA, IBM ou BMC), « grâce au maintien d’une équipe de R&D de 60 personnes » sur 230 personnes au total. Un choix contraire à ses compétiteurs qui « achètent de la part de marché, investissent peu et sont dans une logique de maintenance », l’objectif émis par François-Xavier Floren est autre. « Nous ne cherchons par tant les profits à court terme que de bâtir quelque chose de solide dans le monde peu connu de la production informatique », conclut le PDG. En 2008, Orsyp a réalisé 32M€ de chiffre d’affaires, dont 30% réalisé hors de France. L’éditeur est dans les clous pour « réaliser un résultat au moins identique » en 2009.

0 Commentaire

Orsyp, une PME heureuse, rachète Sysload

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié
0 Commentaire

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS