Orientis Gourmet investit 3 millions d’euros dans son usine havraise

Le groupe parisien Orientis Gourmet, à la tête des marques de thé Kusmi Tea et Lov Organic, investit 3 millions d’euros dans des lignes de production automatisées à Saint-Vigor-d’Ymonville (Seine-Maritime). Le spécialiste du thé premium a décidé de rapatrier sur son site de production français la mise en sachets et la fermeture de ses sachets de thé. Orientis prévoit une trentaine de recrutements au Havre "à terme".

Partager
Orientis Gourmet investit 3 millions d’euros dans son usine havraise

Le groupe parisien Orientis Gourmet, à la tête des marques Kusmi Tea et Lov Organic, investit 3 millions d’euros dans son site de production de thé de Saint-Vigor-d’Ymonville près du Havre (Seine-Maritime) qui emploie 230 salariés. Spécialisé dans le mélange, l’aromatisation, le conditionnement et la logistique, le site ajoute une corde à son arc avec la mise en sachets des feuilles de thé, une activité qu’il confiait jusqu’à présent au spécialiste marocain du secteur, installé à Marrakech (Maroc).

Le groupe Orientis Gourmet, qui réalise 80 millions d’euros de chiffre d’affaires avec 650 salariés, a investi 1,5 million d’euros en 2017 et investira le même montant en 2018 dans des lignes de production automatisées pour l’ensachage du thé. "Ce sont des machines japonaises qui mettent les feuilles de thé dans le sachet et referment ensuite le sachet", a expliqué à l’Usine nouvelle Arnaud Fleury, directeur général d’Orientis Gourmet, précisant que les sachets ne sont pas en papier mais en tissu végétal à base d’amidon de maïs. "Au Maroc, le thé est ensaché puis cousu manuellement", précise le dirigeant.

Automatiser pour produire à coûts équivalents

Nous avons décidé de rapatrier cette activité en France pour maîtriser l’ensemble de notre fabrication et, ce faisant, nous inclure dans le label French Fab", analyse Arnaud Fleury. Mais il y a un "hic" plaisante le dirigeant, "c’est que nous ne pouvons pas faire pousser notre thé en France" ! C’est la possibilité d’automatiser la mise en sachets permettant de "produire à coûts équivalents" qui a décidé Orientis à relocaliser cette activité en France. Cette décision qui va réduire l’activité du sous-traitant marocain, va entraîner la création d’une trentaine d’emplois au Havre.

"Cela va nous permettre aussi de centraliser notre production", souligne-t-on chez Orientis Gourmet. Le groupe travaille à partir de feuilles de thé en vrac en provenance de Chine, d’Inde et de Ceylan qui sont débarqués à Hambourg (Allemagne), la porte d’entrée du thé en Europe. Il achète sa matière première auprès de négociants de Hambourg et auprès de négociants installés dans les pays producteurs.

Ses thés sont commercialisés dans son propre réseau (100 boutiques dans le monde, dont 70 en France) ainsi que dans les grands magasins parisiens, le réseau Monoprix et dans des boutiques spécialisées. Le groupe réalise 30 % de son chiffre d’affaires à l’export ; l’e-commerce représente 8 % de ses ventes.

Claire Garnier

0 Commentaire

Orientis Gourmet investit 3 millions d’euros dans son usine havraise

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

NEWSLETTER L’actu de vos régions

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Nouveau

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Détectez vos opportunités d’affaires

94 - Champigny-sur-Marne

Acquisition de matériels de nettoyage

DATE DE REPONSE 16/02/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS