Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Orano soupçonné de corruption dans un projet minier en Mongolie

, , , ,

Publié le , mis à jour le 20/12/2018 À 07H53

Orano fait l'objet d'une enquête du parquet national financier pour soupçons de corruption, a appris Reuters le 19 décembre. L'enquête concerne un projet minier conclu en 2013 par le groupe nucléaire.

Orano soupçonné de corruption dans un projet minier en Mongolie
Orano fait l'objet d'une enquête du parquet national financier pour soupçons de corruption.
© Myrtille Delamarche

Le parquet national financier a ouvert une enquête pour soupçons de corruption autour d'un projet minier conclu en 2013 par le groupe nucléaire Orano (ex-Areva) en Mongolie, a-t-on appris le mercredi 19 décembre de source judiciaire.

L'enquête vise notamment le prestataire d'Orano, Eurotradia International, pour "soupçons de corruption d'agent public étranger". L'entreprise a joué un rôle clé pour permettre au groupe nucléaire français d'obtenir l'exploitation en 2013 de gisements d'uranium dans le désert de Gobi.

"C'est une société qui faisait du conseil en affaires publiques pour nous. Elle venait compléter notre connaissance sur l'administration mongole, etc.", a dit à Reuters un porte-parole d'Orano.

"On n'a jamais rien trouvé d'anormal"

Le groupe dit avoir arrêté tout contrat avec l'entreprise dès que le nom de son prestataire, qui travaillait encore au développement de ses affaires en Mongolie, est apparu dans la presse locale pour des soupçons de corruption.

"On a fait des contrôles lors de la signature du contrat et on n'a jamais rien trouvé d'anormal. Il était bien clair avec Eurotradia qu'ils ne devaient pas faire appel à des intermédiaires mongols sans notre accord. Donc ils ne nous ont jamais sollicité pour faire appel à des intermédiaires mongols", a précisé le porte-parole d'Orano.

Le groupe avait signé un accord avec la société publique nucléaire mongole Mon-Atom et le japonais Mitsubishi Corporation pour développer ces mines d'uranium.

Areva, rebaptisée Orano, fait l'objet de plusieurs enquêtes judiciaires dont une liée au rachat d'uranium à perte au Niger en 2011 et une autre portant sur l'acquisition pour 2,5 milliards de dollars de la société minière canadienne UraMin en 2007 qui avaient aussi entraîné de lourdes pertes pour l'entreprise.

Avec Reuters (Caroline Pailliez, avec Emmanuel Jarry et Leigh Thomas, édité par Jean Terzian)

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle