Orangina Schweppes se dote d’un Cloud privé

Bientôt plus d’informatique en propre. Le groupe français des boissons gazeuses se prépare à basculer sur le service de Cloud privé de Fujitsu. A la clé, l’amélioration du temps de reprise d’activité après une panne.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Orangina Schweppes se dote d’un Cloud privé

L’informatique d’Orangina Schweppes s’apprête à vivre sa révolution. Le fabricant français de boissons gazeuses (2500 personnes, 6 usines en Europe et 1 milliard d’euros de chiffre d’affaires) se prépare à la mettre dans le nuage en basculant sur le service de Cloud computing de Fujitsu.

Aujourd’hui, l’entreprise connue pour ses marques Orangina, Schweppes, Oasis, Canada Dry ou encore Pampryl, dispose de sa propre informatique. Mais elle est confiée à un grand prestataire américain de services d’infogérance sur deux datacenters en Ile de France distants de 15 km. Le contrat d’infogérance se termine à la fin de 2012. La société profite de cette occasion pour changer de modèle informatique et de passer au Cloud, à l’instar des autres filiales du groupe japonais Suntory auquel Orangina Schweppes appartient depuis 2009.

Le projet est lancé début 2012 sous le nom "Shinka", qui signifie en japonais progrès et évolution. "En passant à un modèle où on paye juste le service, nous voulons nous libérer des contraintes techniques de gestion des actifs informatiques. Nous laissons cette tâche au prestataire, mieux armé que nous dans ce domaine. Nous voulons aussi tirer parti de cette migration pour améliorer le temps de reprise d’activité après des pannes", détaille Jean-Charles Tonin, directeur du système d’information d’Orangina Schweppes.

Plus de mises à jour logicielles

L’infrastructure actuelle s’appuie sur un parc vieillissant de serveurs IBM, Dell et Fujitsu tournant sous le système d’exploitation Windows Server 2003 de Microsoft. Coté logiciels applicatifs, elle fait appel à la suite bureautique Lotus Notes de Big Blue et au système de gestion SAP. "Avec le service Cloud, nous aurons accès à une infrastructure au top niveau, avec des serveurs tournant sous Windows Server 2008. Coté bureautique, nous passerons à la suite Exchange de Microsoft", précise Jean-Charles Thonin.

Plus de serveurs à renouveler, ni de mises à jour logicielles à faire, souvent sources de turbulences pour les activités industrielles du groupe. Ceci sera assuré de façon transparente par le fournisseur de Cloud. Le service informatique d’Orangina Schweppes concentrera son travail sur l’applicatif. Avec à la clé, des économies substantielles même si elles ne figurent pas en tête des objectifs. "Nous voulons surtout nous affranchir de la technologie et améliorer la qualité de service. Nous espérons ramener le temps de reprise d’activité après une panne à seulement deux heures, contre 48 heures aujourd’hui", confie Jean-Charles Thonin.

Le directeur du système d’information refuse de divulguer le nom du prestataire d’infogérance actuel, mais vu la nature du parc informatique, il s’agit probablement d’IBM. Pour le Cloud, il a sélectionné Fujitsu, qui fournit déjà d’autres filiales du groupe Suntory.

Le choix s’est porté sur un service de Cloud privé, c’est-à-dire utilisant une capacité dédiée et non pas une capacité partagée avec d’autres utilisateurs. Il s’agit d’un simple service d’infrastructure (IAAS pour Infrastructure as a service) basé sur les datacenters de Fujitsu en Allemagne.

Orangina Schweppes restera propriétaire de ses logiciels applicatifs. Les applications de gestion SAP sont les premières à migrer cet été. La migration sera achevée en octobre 2012 dans les quatre pays d’activité du groupe : France, Belgique, Espagne et Pays-Bas.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS