Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Oracle s'empare de Sun Microsystems

,

Publié le

L'éditeur américain Oracle, déjà bien connu pour sa boulimie d'acquisitions, vient de signer un nouveau rachat d'envergure. Il met 7,4 milliards de dollars sur la table pour croquer Sun Microsystems. Au nez et à la barbe d'IBM.

Oracle s'empare de Sun Microsystems

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

« C'est un plus petit rachat que ceux de BEA Systems [8,5 milliards de dollars] ou de PeopleSoft [11 milliards de dollars] », a tenu à préciser ce midi Larry Ellison, PDG d'Oracle, en introduction d'un point téléphonique présentant le rachat de Sun Microsystems par son groupe. N'empêche, le rachat de Sun - dont les précédentes discussions avec IBM auraient achoppé sur des questions de prix et de procédures - est tout sauf insignifiant. Oracle et Sun se sont entendus sur un prix de 9,50 dollars par action Sun, soit un montant global évalué à 7,4 milliards de dollars (5,7 milliards d'euros) ramené à 5,6 milliards de dollars (4,3 milliards d'euros) une fois intégrée la trésorerie de Sun.

Java, Solaris

Quel est l'intérêt pour Oracle ? Le rachat de Sun, qui devrait être finalisé durant l'été, est censé lui apporter 1,5 milliard de dollars de résultat opérationnel dès la première année, et plus de deux milliards l'an prochain. D'un point de vue technologique, Larry Ellison ne cache pas son intérêt pour le langage de programmation Java de Sun sur lequel s'appuie la plate-forme de middleware Fusion d'Oracle. Plus surprenant, il ne tarie pas d'éloge pour l'Unix propriétaire Solaris de Sun, un système d'exploitation pour serveur concurrent de Linux et de Windows. « C'est de loin le meilleur système Unix disponible », a-t-il estimé, rappelant qu'il est historiquement un système de choix pour les bases de données Oracle. Côté Sun Microsystems, Scott McNealy, PDG, ajoute que le rapprochement positionnera Oracle « comme le premier fournisseur de logiciels open source à l'international. »

Stockage et serveurs

Jusqu'ici exclusivement positionné sur les applicatifs, Oracle - qui s'est lancé l'an dernier avec HP dans la vente de systèmes clés en mains (intégrant serveurs et bases de données) - entend aussi étendre son emprise sur « tous les services » avec ce rachat : du stockage aux serveurs, en passant par les systèmes d'exploitation, le middleware et les applicatifs. Il se targue d'ailleurs dans un communiqué de vouloir devenir « la première compagnie à même de créer des systèmes intégrés » afin de réduire les coûts d'intégration et d'améliorer les performances.

Une chose est sûre, le rachat de Sun par Oracle devrait brouiller un certain nombre de cartes. Dans les applicatifs d'abord, puisqu'Oracle pourra offrir à ses clients un portefeuille exhaustif de logiciels libres optimisés pour ses progiciels propriétaires. En terme d'équipements ensuite, puisque l'éditeur entrera du jour au lendemain sur le podium des grands constructeurs de serveurs. Reste une grande inconnue : celle du devenir de la base de données open source MySQL, entrée dans le giron de Sun début 2008 pour un milliard de dollars. Laquelle représente l'une des principales alternatives open source aux bases propriétaires d'Oracle...

Christophe Dutheil

A lire aussi :

Les discussions entre IBM et Sun Microsystems auraient mal tourné

Sun lance à son tour des serveurs à base de processeurs Nehalem

IBM lorgnerait Sun Microsystems

Entrepôts de données : Oracle et HP lancent des serveurs pré-configurés

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle