Oracle a des ennuis. L'euro se requinque. L'Argentine coûte cher à EDF. IBM ferme Sequent. L'Allemagne fait la promotion de Linux. Toyota va accroître ses achats en euros. P&G attaque Coca-Cola...

Partager

C'est Bill Gates qui doit bien rire : Oracle, ennemi de longue date et pourfendeur des pratiques commerciales de Microsoft, a des ennuis avec les Etats américains. L'Etat de Californie accuse Oracle d'avoir surestimé ses besoins en logiciels (des bases de données), notamment sur un contrat de 95 millions de dollars signé l'année dernière, expliquent Les Echos. Du coup, tous les contrats avec Oracle vont être passés au peigne fin, et d'autres Etats vont faire de même. Oracle, dont les parts de marché sont menacées par Microsoft et IBM, semble s'être engagé dans une fuite en avant à coup de remises toujours plus fortes qui pèsent sur ses marges.

Après 3 années de faiblesse, l'euro se requinque, note La Tribune. Le dollar est tombé en fin de semaine dernière à son plus bas niveau depuis février 2001, indique le quotidien. Avec des conséquences diverses pour les pays européens. L'Irlande est le pays le plus exposé à une chute du dollar, avec 20% de produits manufacturés en concurrence directe avec la zone dollar, alors que le Portugal n'en produit que 6,5%. La France est dans la moyenne, avec 10,8% de produits exposés. En revanche, au sein d'Airbus, c'est la France qui est la plus exposée aux variations du billet vert, tandis que les constructeurs automobiles allemands ont plus à craindre une baisse du dollar que les français.

L'Argentine pèse sur les comptes d'EDF : sa filiale a perdu 300 millions d'euros rien qu'au 1er trimestre. Observant que France Télécom a gagné moins d'argent que prévu au Brésil, et que l'opérateur continue de céder des parts de marché en France, Les Echos concluent que la situation financière d'EDF, qui s'est dégradée en 2001, ne devrait pas s'améliorer cette année.

La faillite de KPNQwest, l'opérateur européen de transmission de données, pourrait coûter 100 millions d'euros en impayés à Alcatel, relèvent Les Echos. KPNQwest est officiellement en faillite depuis vendredi.

IBM a mis fin aux activités de Sequent, le fabricant de grands ordinateurs acheté en 1999. Exemple type d'une fusion ratée, estiment les analystes cités par Les Echos : objectifs concurrents entre les deux firmes, incapacité à marier les cultures, et départ massif des meilleurs cadres de l'entreprise rachetée.

L'Allemagne s'engage dans la promotion de Linux, le système d'exploitation ouvert qui fait de l'ombre au Windows de Microsoft. Selon le Wall Street Journal Europe, le gouvernement allemand devrait annoncer aujourd'hui un accord avec IBM, qui encouragerait, grâce à des remises, l'utilisation de Linux sur des machines IBM qui équipent les organismes publics allemands.

Toyota veut augmenter sensiblement ses achats dans la zone euro, rapporte le Financial Times. Les achats de Toyota Motor Europe vont passer de 1,5 à 2 milliards d'euros cette année, et 90% seront effectués auprès de fournisseurs locaux. L'objectif de Toyota est de réduire ses coûts afin de parvenir à l'équilibre en Europe en 2003.

Delphi, l'équipementier automobile américain, veut se séparer d'une partie de ses activités dans l'électronique automobile, a-t-il indiqué ce week-end. Siemens - entre autres, serait sur les rangs, affirme La Tribune. Delphi est engagé dans un plan de cessions d'actifs, et a a annoncé en avril 6100 suppressions d'emplois supplémentaires (après un plan de plus de 11.000 suppressions de postes).

La rumeur persiste et se précise : GlaxoSmithKline (GSK) aurait entamé des discussions avec le britannique Bristol Myers Squibb en vue d'une fusion, rapportent Les Echos. Les deux groupes sont confrontés au même problème : la concurrence de médicaments génériques, copies de leurs produits phares, et l'absence à court terme de nouveaux produits. Mais du coup, il n'est pas sûr que leur alliance, qui donnerait naissance à un nouveau n°1 mondial, soit une solution...

Sachez enfin que Procter & Gamble attaque Coca-Cola en justice. P&G a déposé plainte pour violation de brevets, à propos de jus de fruits enrichis au calcium (produits par la filiale Minute Maid de Coca-Cola). Cette affaire survient moins d'un an après la décision de Coca-Cola de se retirer d'un projet de joint-venture avec Procter, dans les jus de fruits. C'est dans La Tribune.

A demain !

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS