Optimisme et commandes espérés au salon de Farnborough

par Matthias Blamont

Partager

FARNBOROUGH, Royaume-Uni (Reuters) - Le salon aéronautique de Farnborough ouvrira ses portes à partir de lundi et les experts interrogés par Reuters estiment que sa tonalité pourrait être relativement optimiste grâce au dynamisme et à la confiance des compagnies aériennes des pays émergents.

Grand rendez-vous bisannuel de l'aéronautique mondiale, le rassemblement organisé dans le sud de Londres vient succéder à un salon du Bourget 2009 qui restera dans les mémoires comme une manifestation endeuillée par la catastrophe du vol Air France Rio-Paris et en demi-teinte sur le terrain économique du fait de la crise.

Depuis, les grands constructeurs ont constaté un redémarrage progressif de la demande, particulièrement au Moyen-Orient où les transporteurs rivalisent d'ambition et en Asie où les besoins d'équipements restent considérables.

"Même si on est loin des niveaux de 2006 et de 2007, on assiste à des prises de commandes dans le contexte actuel, c'est un élément rassurant, et les constructeurs prévoient d'augmenter les livraisons, c'est un élément de confiance", observe Damien Lasou, responsable de l'activité aérospatiale et défense auprès du cabinet Accenture.

"Le salon devrait être plus positif que le précédent (celui du Bourget, ndlr), il y a des signes d'amélioration partout", confirme de son côté une source proche d'un équipementier aéronautique européen qui a demandé à ne pas être identifié.

Dès lors, un nouveau match d'annonces entre les deux grands constructeurs, l'européen Airbus et l'américain Boeing, n'est pas à exclure même si le montant des commandes au final ne bat pas les records d'avant la récession.

Au 30 juin, Airbus, la principale division du groupe EADS, affichait 117 commandes nettes au titre du premier semestre, contre 68 un an plus tôt, grâce notamment à un contrat géant signé en juin avec Emirates pour 32 gros porteurs A380.

La compagnie de Dubaï entend devenir un transporteur mondial de référence et prévoit d'annoncer de nouvelles commandes au salon.

Boeing recensait pour sa part quelque 177 commandes nettes au 13 juillet.

AVIS DE TEMPETE SUR LA DEFENSE

Le groupe américain se veut très optimiste à long terme et a relevé jeudi ses prévisions de commandes d'avions commerciaux neufs d'ici à 2029. Il met en avant l'augmentation à venir du nombre de compagnies à bas coûts et le remplacement attendu d'appareils jugés trop gourmands en carburant.

Sur les deux prochaines décennies, Boeing voit la région Asie-Pacifique surpasser l'Amérique du Nord comme premier marché mondial du trafic aérien, un pronostic partagé par Airbus selon qui les compagnies aériennes de cette région achèteront en tout quelque 8.000 nouveaux avions.

Si les deux constructeurs ont intérêt à établir de telles prévisions, l'Association internationale du transport aérien (Iata) constate d'ores et déjà un rebond du trafic depuis plusieurs mois, particulièrement en Asie et en Amérique latine, et estime que ses compagnies membres pourraient afficher des bénéfices en 2010 après deux années de pertes.

Cette perspective optimiste exclut néanmoins les compagnies européennes dont l'activité a été fortement ralentie par l'épisode du nuage de cendres déclenché par l'éruption en avril du volcan islandais Eyjafjöll.

Au-delà de ce seul aléa climatique, plusieurs pays européens sont confrontés depuis plusieurs mois à une crise de leurs finances publiques susceptible d'influer sur leurs budgets de défense, autre secteur d'activité majeur représenté au salon de Farnborough.

"La défense s'incarne comme un secteur de choix pour réduire les dépenses, les dangers politiques ne sont pas vus comme aussi importants que s'il s'agissait de tailler dans les dépenses sociales", fait valoir Jonathan Wood, analyste auprès du cabinet londonien Control Risks.

La réduction des budgets de défense pourrait s'étendre en dehors de l'Europe, selon Damien Lasou.

"Le marché de la défense est clairement orienté vers de la consolidation. Lorsque l'on voit un groupe américain comme Northrop Grumman s'interroger sur l'avenir de sa division navale militaire, on comprend que les acteurs se réorganisent. Beaucoup d'entreprises ont encore du cash, il peut y avoir des rapprochements, des partenariats", explique-t-il.

En France, Safran, la maison mère du motoriste Snecma, a proposé à son compatriote Zodiac d'étudier un rapprochement, sans succès pour l'instant.

Traditionnel moment d'échanges entre clients et fournisseurs, le salon réservera ses cinq premières journées aux professionnels.

Le grand public pourra quant à lui venir le week-end du 24 et 25 juillet admirer en vol l'avion de transport militaire d'Airbus, l'A400M, et le 787 Dreamliner, dernier-né de la gamme long courrier de Boeing.

Avec la contribution de Peter Apps, édité par Gilles Guillaume

0 Commentaire

Optimisme et commandes espérés au salon de Farnborough

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

  • Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

    SAFRAN
    AVRIL
ARTICLES LES PLUS LUS