Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Opération séduction de Pierre Moscovici au Medef

Cécile Maillard , , , ,

Publié le

Le ministre de l’Economie et des Finances, Pierre Moscovici, invité de la deuxième journée de l’université d’été du Medef, a fait plusieurs annonces et déclarations susceptibles de calmer la colère des patrons.

Opération séduction de Pierre Moscovici au Medef © Parti socialiste

Si l’expression n’avait déjà été utilisée, Pierre Moscovici aurait pu lancer aux patrons, réunis à l’université d’été du Medef en Ile-de-France un "Je vous ai compris"... Pendant une demi-heure d’échanges, ce jeudi 29 août après-midi, avec Pierre Gattaz, nouveau président de l’organisation patronale, le ministre socialiste a multiplié les petites formules qu’adorent les chefs d’entreprise : "Nous menons le même combat, celui de la croissance et de l’emploi", ou "le message des entreprises sera entendu" ou encore, en fin de parcours, un superbe "l’entreprise n’est pas un problème mais une solution !"

Surtout, en réponse aux trois inquiétudes des entreprises que venait de lui lister le président du Medef – coût du travail, fiscalité, complexité des normes -, le ministre de l’Economie a sorti quelques munitions. "Le niveau des prélèvements est-il bon pour l’économie et pour l’emploi ? Non", répond-il, avant d’annoncer que le niveau des prélèvements obligatoires baissera dès 2014. Juste avant, Pierre Gattaz l’avait fait applaudir par une salle remplie, pour avoir été le ministre qui avait dit stop au matraquage fiscal…

Poursuivre la baisse du coût du travail

Le ministre confirme que la hausse de cotisations patronales prévue pour la réforme des retraites sera intégralement compensée par une baisse des cotisations familiales, et ce dès 2014 et jusqu’à la fin du mandat de François Hollande, en 2017. Cherchant des applaudissements qui ne viennent pas, il répétera son annonce, sans plus de succès. Le monde patronal attend plus qu’une simple compensation ! Qu’à cela ne tienne…

"Le niveau des cotisations qui portent sur le travail doit-il baisser ?, poursuit le ministre. Nous avons choisi de le faire baisser fortement (avec le CICE), mais le CICE ne referme pas le dossier du coût du travail." Il annonce l’ouverture prochaine d’une concertation avec les partenaires sociaux sur le financement de la protection sociale, notamment familiale. Et la fiscalité continuera de baisser, en 2014, pour les entreprises, promet-il, en ouvrant une piste : "faire baisser la fiscalité qui pèse sur la production, définir une assiette plus pertinente".

Un projet de loi pour une simplification administrative

En réponse à la complexité et au poids des normes pointés par Pierre Gattaz, Pierre Moscovici annonce la présentation d’un projet de loi, mercredi 4 septembre, "faciliter la vie des entreprises". Une simplification qui portera sur la création d’entreprise, le financement, la vie sociale, les projets immobiliers. Pour aller plus vite, le gouvernement demandera au Parlement l’autorisation d’avancer par ordonnances sur ce sujet. Pour que le CICE se mette en place simplement, il annonce aussi avoir demandé à l’administration fiscale de ne pas procéder à des contrôles fiscaux sur ce crédit d’impôt.

Après avoir critiqué les déficits publics, et annoncé une réduction des dépenses publiques l’an prochain – applaudissements – le ministre de l’Economie pousse jusqu’à dire que 57% de dépenses publiques dans le PIB "ça ne va pas"… Critiqué de toutes parts par les militants de gauche sur Twitter pour ce discours qui prend les chefs d’entreprises dans le sens du poil, Pierre Moscovici a marqué quelques points auprès des patrons. Avant de se réjouir, ils attendent les décisions.

Cécile Maillard

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle