Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Opel trébuche à nouveau

, ,

Publié le

Le constructeur allemand, filiale de General Motors, voit ses résultats replonger et virer à l'écarlate.

Les espoirs sont déçus. L'année 2002 avait permis de réduire le déficit des deux tiers. Et Opel comptait bien sur 2003 pour se rétablir. Mais dès l'automne, son P-DG, Carl-Peter Foster, se laissait gagner par le scepticisme. De fait, la filiale de General Motors ne peut que constater un quasi doublement de sa perte opérationnelle : 384 millions d'euros, contre 227 millions en 2002. Du coup, elle fait figure de boulet dans l'entité européenne, GM Europe (Saab, Cadillac, Chevrolet) qui, elle, a réussi à limiter les pertes en les ramenant de 549 à 286 millions de dollars.

« Nous sommes dépités d'avoir échoué si près du but, déclarait fin janvier Rick Wagoner, le président de GM. Nous poursuivons nos efforts de réduction de coûts et nous comptons sur les lancements de nouveaux modèles, tels que l'Opel Astra, le break Vectra et le nouveau coupé pour améliorer nos performances en 2004. »

Le redressement pour 2004 n'est pas assuré

A la décharge du constructeur allemand, ses projets communs avec Fiat n'ont pas simplifié ses lancements. L'Astra a ainsi pris quelques mois de retard et ne pourra concurrencer la Golf ou la Megane qu'à partir du mois de mars. Les premiers exemplaires n'ont démarré sur les lignes de montage belges que début janvier.

Opel a également pâti du marasme de son marché domestique. Les immatriculations allemandes ont encore accusé un recul de 0,5 % sur l'ensemble de l'année 2003. « La multiplicité des réformes et l'incertitude du redressement économique sont loin de rassurer les ménages », expliquait Carl Peter Foster lors du salon automobile de Francfort en septembre dernier. Le taux de pénétration du constructeur s'est donc un peu plus tassé, passant de 10,4 à 10,3 %, tandis que sur le marché ouest-européen ses ventes ont perdu 2,9 %, ramenant sa part de marché à 9,2 %. Résultat : son chiffre d'affaires a chuté de 6,3 % pour s'établir à 13,9 milliards d'euros. Et la généralisation des rabais commerciaux n'a pas arrangé ses comptes, déjà affectés par la parité de l'euro, dont les effets de change négatifs ont été plus importants que prévus. Deux phénomènes appelés à perdurer et qui oblitèrent les chances de redressement en 2004, malgré une hausse annoncée de 3 % du marché allemand et malgré les économies dégagées par le plan de restructuration Olympia (212 millions d'euros en 2003). Déjà, Opel et Volkswagen se lancent dans une nouvelle course aux ristournes. Depuis le 1er janvier, ils offrent plus de 1 000 euros, l'un sur la nouvelle Golf, l'autre sur... les commandes de l'Astra.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle