L'Usine Auto

Opel : RHJ International revient dans la course

, ,

Publié le

Le 27 juin, il n’y croyait plus. Le 13 juillet, il annonce qu’il va émettre une nouvelle offre. Le groupe RHJ International a retrouvé la foi dans sa candidature pour la reprise du constructeur allemand Opel.

 

«  Le groupe annonce être en négociation avec General Motors Corporation sur une prise de participation majoritaire dans ses filiales Opel et Vauxhall », précise le communiqué du groupe. Les discussions entre les deux groupes seraient à un « stade avancé », selon le groupe, qui devrait présenter une «  offre améliorée » dans les prochains jours.

 

3,8 milliards de garanties publiques

Aucune donnée chiffrée n’a été divulguée par le groupe, mais selon le journal allemand Bild am Sonntag, le groupe demanderait 3,8 milliards d’euros de garanties publiques, avec la suppression de moins de 10 000 emplois en Europe. Une situation qui pourrait remettre en cause la place de favori de l’équipementier austro-canadien Magna, signataire d’une lettre d’intention avec Opel fin mai. Ce dernier a réclamé 4,5 milliards d’euros de garanties publiques de plus que RHJ.

 

L’entreprise RHJ International n’est pas un professionnel du secteur automobile, mais se définit comme «  une société holding diversifiée avec pour objectif la création de valeur à long terme pour ses actionnaires en acquérant et gérant des activités d’entreprises dans des secteurs attrayants ».

 

Concurrence encore et toujours

Reste que rien n’est gagné pour ce dernier candidat déclaré, puisque la concurrence est rude. Le constructeur chinois BAIC a fait savoir le 6 juillet qu’il avait adressé une lettre indicative à Opel, relançant alors aussi sa candidature. En outre, les quatre Länder accueillant des usines Opel avaient émis des réserves quant à une éventuelle reprise par RHJ.

 

La course à la reprise d’Opel retrouve donc les mêmes acteurs qu’avant la signature de la lettre d’intention de Magna, qui, pensait-on, devait mettre un terme aux autres offres. Mais le gouvernement allemand, qui a accordé un crédit relais de 1,5 milliard d’euros à Opel dans l’attente de la finalisation de l’opération, a considéré que les enchères restaient ouvertes.

Autant d’incertitudes à laquelle s’ajoute celle de la date de la fin de la course à la reprise. Début juillet, Opel et Magna tablaient sur la date du 15 juillet, mais le gouvernement allemand a précisé le 11 juillet que cette échéance ne pourrait être tenue face au «  trop grand nombre de points encore en suspens entre les deux groupes ».  En attendant, la saga continue.

 

 A lire aussi
Opel : les négociations de reprise sont reparties pour un tour (30/06/2009)

 

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte