Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Opel également concerné par le "Dieselgate"

,

Publié le

Suite aux révélations de deux médias allemands, Opel, la filiale allemande de General Motors, est convoquée par le ministère des Transports pour s’expliquer sur des irrégularités constatées sur les modèles Zafira et Astra.

Opel également concerné par le Dieselgate © gm

L’affaire des moteurs diesel truqués n’en finit pas de ricocher. Depuis vendredi 13 mai, c’est au tour d’Opel d’être dans le viseur des autorités. L’hebdomadaire der Spiegel et l'émission d'investigation Monitor de la chaîne publique ARD, aidés de l’association environnementale Deutsche Umwelthilfe (DUH), ont révélé des "mécanismes jusqu’ici inconnus" sur les marques Astra et Zafira, qui désactiveraient les systèmes de filtration des émissions polluantes, entraînant un dépassement des normes autorisées.

Pourtant, une commission d'enquête du gouvernement, qui avait analysé pendant plusieurs mois tous les modèles diesel homologués à la recherche de fraudes comme celle de Volkswagen, avait conclu fin avril qu'il n'y avait pas d'autres tricheries de ce type. Elle avait cependant détecté que sur plusieurs véhicules, le système de filtration était systématiquement désactivé quand la température extérieure descendait sous un certain seuil. Opel lui-même avait admis que son système ne fonctionnait que dans une plage de températures de 20 à 30 °C. Or, selon les normes européennes en vigueur, cette procédure n’est autorisée que si elle permet d’éviter un accident ou un dommage causé au moteur. L’ensemble des constructeurs incriminés avait alors immédiatement annoncé le rappel de 630 000 voitures en Europe.

"Nous sommes allés encore plus loin et avons cherché à pousser davantage le moteur, explique Peter Onneken, journaliste allemand qui a participé aux recherches. Nous avons ainsi constaté que même dans la fenêtre de températures, lorsque le moteur dépasse les 2 400 tours/minute, le système de filtration réduit son efficacité et ne se remet à fonctionner à plein régime que lorsque qu’on revient à 1 200 tours/minute. Un mécanisme similaire a été observé au-dessus de 145 km/h." Autre anomalie remarquée : la filtration ne se met en marche qu’au-dessus d’une température extérieure de 17 °C, et non 20 °C.

"Chez Opel, nous n'utilisons aucun logiciel illégal"

Des accusations suffisamment argumentées pour que le ministère des Transports se saisisse du dossier et décide de convoquer Opel la semaine du 16 mai. "J’ai demandé à la commission d’enquête de l'agence de régulation du secteur automobile (KBA) de mener des tests supplémentaires sur les modèles d’Opel et ce, à la lumière des nouvelles informations publiées", a déclaré le ministre Alexander Dobrindt.

A la tête du groupe depuis trois ans, Karl-Thomas Neumann a réfuté toute intention de manipulation en des termes très durs. "Chez Opel, nous n’utilisons aucun logiciel illégal, se défend-il dans un communiqué publié mardi 17 mai. Ces allégations, basées sur les recherches du hacker Felix Domke, sont mensongères, extrêmement simplifiées et contiennent des erreurs d’interprétation sur le fonctionnement complexe des systèmes de filtration des émissions des moteurs diesel actuels." C’est maintenant à la commission d’enquête de faire toute la lumière sur cette nouvelle affaire.

De notre correspondante à Berlin, Gwénaëlle Deboutte
 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle