Opel : des négociations aux allures de panier de crabes

Partager

Enfant gâté, General Motors ? Le groupe, habitué aux rallonges d'argent public - le constructeur vient de recevoir 4 milliards de dollars supplémentaires du Trésor américain -, a jugé utile lors de ses négociations avec le gouvernement allemand de demander 300 millions d'euros de plus à court terme. Ce qui n'est pas passé du tout côté allemand... Après une nuit de négociations, les ministres allemands, déçus, ne se sont pas engagés sur l'octroi d'un crédit-relais à Opel en cas de faillite de sa maison-mère.

Le prêt-relais initialement prévu s'élevait à 1,5 milliard d'euros. L'Allemagne l'avait conditionné à un accord entre GM et l'administration Obama, autorisant les actifs d'Opel (brevets, technologie...) à être temporairement placés dans une fondation pour être protégés des créanciers de GM. Ce que le Trésor rechignerait à accepter.

Du côté des repreneurs, le fonds RHJ International serait écarté. Restent en lice Magna et Fiat. Lui aussi déçu de ses échanges avec GM, Magna a annoncé avoir relevé son offre et poursuivre les discussions avec la direction du constructeur.

Un cinquième groupe de négociateurs pourrait bientôt entrer dans la danse de GM, des repreneurs et des gouvernements allemand et américain. Il s'agit de Bruxelles. Une réunion des ministres européens de l'Industrie y sera organisée vendredi pour évoquer la cession d'Opel. La Belgique, qui abrite l'une des usines européennes d'Opel, réclame une initiative de la Commission européenne pour impliquer dans les négociations les gouvernements des pays hébergeant les sites industriels de General Motors Europe.

Raphaële Karayan


Partager

NEWSLETTER Auto et Mobilités
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS