ONIP, le fabricant de peintures indépendant qui défie les grands groupes

Sur un marché très concurrencé par trois grands groupes, le fabricant de peintures ONIP se démarque par un produit haut-de-gamme et innovant, et un savoir-faire vieux d'un demi-siècle.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

ONIP, le fabricant de peintures indépendant qui défie les grands groupes
Un opérateur verse des composants dans une cuve

Débout sur une passerelle, la bouche recouverte d'un masque, Didier verse toutes sortes de poudres et de liquides dans une cuve. A l'intérieur de celle-ci, malaxée par un mélangeur, une épaisse solution blanche prend forme. Dans l'usine du fabricant de peintures ONIP à Hondouville (Eure), Didier, comme tous les autres opérateurs du site, prépare la peinture avec une grande autonomie et un savoir-faire vieux d'un demi-siècle. "Ils sélectionnent les quantités nécessaires de pulvérulents et d'additifs et les mélangent dans des cuves", explique Christelle Leviel, directrice du site de 50 salariés. "Et ce sont eux qui réalisent les conditionnements."

25 000 tonnes produites par an

Créé en 1960 sur une ancienne fabrique d'huile et de briques au pied d'une colline, ONIP, dont le siège est au Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne), est le plus gros fabricant indépendant de peinture pour bâtiments de France. Avec un chiffre d'affaires de 40 millions d'euros, dont 22 millions à Hondouville, et 350 salariés au total, la société produit 25 000 tonnes de peintures par an, dont les deux tiers sont fabriqués dans l'usine normande et le reste à Auxerre (Yonne). Face à des concurrents de taille comme PPG Industries, Materis et Segneurie, ONIP se démarque par une peinture haut-de-gamme et dont la fabrication reste en partie manuelle.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Les différents composants chimiques nécessaires à la peinture proviennent en majorité de France ou d'Europe. Les pots de peintures sont fabriqués chez Safet-Embamet à Verneuil-sur-Avre, à une quarantaine de kilomètres et chez Superfos à La Genête (Saône-et-Loire).

Une peinture qui élimine les formaldéhydes

Au-delà de son caractère semi-artisanal et indépendant, ONIP, dont 93% de sa production concerne des peintures acryliques, fait de l'innovation l'un de ses fers de lance. En mai 2013, la société a sorti une gamme peinture, baptisée Clean'R, capable d'éliminer, à hauteur de 60%, les formaldéhydes d'une pièce intérieure. "Nous avons travaillé avec Ecoat, une start-up grassoise (Alpes-Maritimes) spécialisée dans les résines", souligne Patrick Verlhac, directeur du laboratoire du site d'Hondouville. "Avec cette peinture, qui améliore la qualité de l'air intérieur d'une manière économique, nous ciblons les ERP (établissements recevant du public) et notamment les 11 000 crèches et 17 000 maternelles." Aujourd'hui, près de 15% des ventes d'ONIP provient de la gamme Clean'R.

A pied de la cuve qui a accueilli et mélangé sa préparation pendant cinq heures, Didier verse la peinture dans des pots estampillés du logo ONIP. Il saisit un échantillon qui subit avec réussite toute une série de test dans un laboratoire, comme chaque lot produit dans l'usine. Ses pots sont ensuite emballés sur palettes et prêts à l'expédition.

Timothée L'Angevin

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS