Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Energie

One Planet Summit, les ONG mettent la pression sur Emmanuel Macron

Olivier Cognasse , , ,

Publié le

Les ONG déçues par les deux années qui se sont écoulées depuis l’Accord de Paris demandent au gouvernement français d’agir concrètement pour enregistrer des avancées le 12 décembre au sommet de Paris (One Planet Summit).

One Planet Summit, les ONG mettent la pression sur Emmanuel Macron
Deux ans après la COP21, le One Planet Summit pour relancer l'Accord de Paris
© France diplomatie CC Twitter

Qu’il est déjà loin le 12 décembre 2015, lorsque les Etats s’étaient mis d’accord pour agir enfin contre le dérèglement climatique en signant l’Accord de Paris lors de la COP21 qui se tenait au Bourget (Seine-Saint-Denis). Après l’échec de Copenhague en 2009, le sommet de Paris s’était achevé dans l’allégresse après une nuit interminable de négociations. Depuis la majorité des Etats ont ratifié l’Accord, mais dans les faits peu de choses ont changé. Chacun sait que pays, régions, villes et entreprises doivent revoir à la hausse leurs objectifs. Et surtout, le Président américain Donald Trump, jamais avare d’une nouvelle trouvaille pour mettre le feu à la planète, s’est retiré de l’Accord de Paris le 1er juin dernier.

Deux ans plus tard, à l’initiative du Président de la République, un sommet aura lieu le 12 décembre à Paris - et plus précisément à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) - pour relancer la dynamique de la COP21. Un sommet qui sera largement consacré au financement, là où les promesses ont sans doute été le moins respectées.

Vendredi 9 décembre, Réseau action climat France, qui fédère un grand nombre d’ONG mobilisées dans la lutte contre le dérèglement climatique, a tenu un point presse pour mettre la pression sur le gouvernement français, afin que le One Planet Summit, ne soit pas un sommet de plus avec de bonnes intentions, mais sans résultat. "La France doit être un leader de la transition énergétique. Or depuis la COP21, rien n’a changé", ont martelé les intervenants. Qui ont fixé trois priorités : "la fin des soutiens financiers publics aux énergies fossiles, le soutien indispensable à celles et ceux qui souffrent déjà des conséquences dévastatrices des changements climatiques et la mise en cohérence des politiques publiques avec l’impératif climatique."

La fin du soutien financier aux énergies fossiles

Et de rappeler les 112 milliards d’euros encore dépensés par 11 pays européens pour le soutien aux énergies fossiles et les 8% des financements énergétiques de l’Agence française de développement alloués à des projets fossiles. "En 2017, la Banque publique d’investissement a encore assuré par ses garanties deux transactions à TechnipFMC pour de gigantesques projets de terminaux de gaz naturel liquéfié (Yamal LNG et Coral FLNG) à hauteur de 700 millions d’euros", indiquent les ONG. Elles demandent donc à la France d’être un Etat actionnaire exemplaire en fermant tout le parc charbonnier des deux énergéticiens d’ici à 2020. Elles demandent la fin en France et en Europe de tout soutien aux énergies fossiles dans les budgets et l’arrêt pour les institutions publiques de tout financement à ces énergies.

Le deuxième chantier concerne la justice climatique, c’est-à-dire les financements des pays du nord pour les pays victimes du dérèglement climatique. On est encore très loin des 100 milliards de dollars promis en 2015. "Le 12 décembre est une séance de rattrapage. On attend la France puisqu’Emmanuel Macron en a eu l’initiative. il doit donner une impulsion forte au niveau de l’Europe, demande Armelle Le Comte, chargée de plaidoyer climat et énergie chez Oxfam France. Nous attendons au niveau européen, le soutien du Président de la République à la création d’une taxe sur les transactions financières européennes [elles pourraient représenter 22 milliards d’euros par an]." Réseau action climat demande d’accélérer la lutte contre la précarité énergétique en rénovant chaque année au moins 250 000 logements passoires, et l’attribution dès 2018  d’une part de la hausse de la taxe carbone aux collectivités ayant adopté un plan climat ambitieux.

Neutralité carbone en Europe en 2050

Le troisième chantier doit permettre de "remettre sur les rails de la transition énergétique, la France et l’Europe." Oxfam demande à Emmanuel Macron de porter la demande pour que la neutralité carbone de l’Europe en 2050 soit votée. Actuellement, seules la France, les Pays-Bas et le Portugal l’ont annoncée. Et que le Vieux continent baisse ses émissions de 55% d’ici à 2030. Chez Greenpeace, on s’inquiète de "la reculade de Nicolas Hulot sur la Loi de transition énergétique, selon les mots de Sarah Fayolle, chargée de campagne climat. La France est prête à jouer le jeu du charbon en Europe pour pouvoir en contrepartie défendre le nucléaire. Reste à savoir si Emmanuel Macron va encore défendre le nucléaire comme à Bonn pendant la COP23." Sur le transport en France, les ONG demandent l’abandon de tous les projets aéroportuaires et autoroutiers et l’arrêt des exonérations sur les carburants pour les transports routiers et aériens qui pourraient rapporter plus de 3,5 milliards d’euros pour développer des solutions alternatives. Dans l’agriculture, elles demandent que les 20 milliards d’euros d’aides annuelles à l’agriculture industrielle soient rapidement transférées vers l’agro-écologie et le bio. En tout cas, les ONG seront "vigilantes" pour être certaines que ce sommet "ne soit pas du recyclage d’annonces".

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle