Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

[One Planet Summit] "Le gouvernement prend la bonne direction", affirme Jean-Louis Chaussade

Olivier Cognasse

Publié le

Jean-Louis Chaussade, le directeur général de Suez, qui vient d’être récompensé à l’ONU, pour son engagement, s’exprime sur les avancées dans la lutte contre le dérèglement climatique à la veille du One Planet Summit qui se tient ce mercredi 26 septembre. Il répond aux questions de l’Usine nouvelle depuis un taxi new-yorkais.

[One Planet Summit] Le gouvernement prend la bonne direction, affirme Jean-Louis Chaussade
Jean-Louis Chaussade, directeur général de Suez, à l'ONU.
© SUEZ

L’Usine Nouvelle : Au siège des Nations Unies, vous venez de recevoir le prix de Pionnier des ODD 2018 de la part de l’UN Global Compact[1]. Une récompense pour le travail de votre entreprise en faveur du développement durable. Que vous inspire-t-elle ?

Jean-Louis Chaussade : Tout d’abord au nom du Groupe Suez, je suis très honoré de cette reconnaissance. En effet, le Global Compact des Nations Unies a été mis en place avec l’objectif de réduire les inégalités sur la planète, la pauvreté et les problèmes climatiques. Il s’agit de mobiliser plusieurs parties prenantes et notamment les entreprises et les ONG pour la poursuite des Objectifs du Développement Durable (ODD) définis par l’ONU. Chez Suez, nous nous sommes engagés autour de la révolution de la ressource. Avec 9 milliards d’habitants, on ne pourra plus consommer comme au XXe siècle. Il faut consommer moins de matières premières et mieux. Par exemple, concernant la ressource en eau, il faut mieux l’utiliser et la récupérer pour permettre un juste accès à tous notamment dans l’agriculture et l’industrie, deux secteurs fortement consommateurs d’eau. Nous devons agir et proposer des solutions pour éviter les conflits d’usages.

Le One Planet Summit se déroule ce 26 septembre à New-York pour sa seconde édition. Qu’en attendez-vous ?

La première édition avait pour objectif de dégager des financements. J’attends de ce sommet de voir avec intérêt ce qui a été fait réellement et quelles trajectoires ont été mises en place pour aller dans la bonne direction. La défection des Etats-Unis ralentit le rythme, même si les grandes villes des Etats-Unis et certains Etats s’engagent dans la bonne direction.

Justement, on le voit avec les engagements du C40 [2], le salut ne passe-t-il pas par les villes qui concentreront environ 70 % de la population mondiale à l’horizon 2050, selon une étude de l’ONU ?

Non, c’est un travail qui doit se faire ensemble. Les villes sont certes plus proches du terrain, mais les Etats, les parties prenantes et la société civile ont un rôle à jouer. Le problème du réchauffement climatique est de savoir dans quelle ville vivrons-nous. Une ville non polluée et agréable à vivre ?

Aujourd’hui, les études montrent que nous sommes en retard, y compris en France pour atteindre les objectifs fixés à la COP 21 de Paris. Le temps est compté et nous n’allons pas assez loin et assez vite comme le regrettait Nicolas Hulot. Qu’en pensez-vous ?

Evidemment, cela n’avance jamais assez vite. S’extraire d’un système pour aller vers un autre n’est pas facile. Si l’on va trop vite, on risque de tout bloquer. Je pense que le gouvernement prend la bonne direction, car cela n’est pas simple. Et n’oublions pas toutes les initiatives des industriels, des citoyens, des ONG, le système bouge, les mentalités changent, il y a une véritable prise de conscience collective.

Et les entreprises, vont-elles réellement dans la bonne direction ?

Elles ont commencé à prendre des engagements depuis des années. Il faut aussi les mettre en place et mesurer qu’ils sont bien appliqués. Nous progressons.Dans le domaine des déchets, le recyclage et la valorisation  c’est très bien. Mais il faut aussi qu’il y ait une demande car le prix n’est pas le même que pour des matières premières.

Propos recueillis par Olivier Cognasse


[1]Le Global Compact des Nations Unies rassemble des entreprises, des organisations, des agences des Nations Unies, et la société civile autour de dix principes universellement reconnus pour construire des sociétés plus stables et inclusives. C’est une initiative mondiale qui compte plus de 13 000 participants dans 170 pays.
[2] Le C40 Cities Climate Leadership Group regroupe plus de 90 des plus grandes villes du monde, représentant plus de 650 millions de personnes et un quart de l'économie mondiale. Le C40 est engagé dans la lutte contre le changement climatique et il est présidé par la Maire de Paris, Anne Hidalgo.



 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle