Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

"On souhaite créer une centaine de communautés de l’industrie du futur", annonce Bruno Grandjean

Gautier Virol

Publié le

Entretien Alors que débute le salon Global Industrie à Lyon le 5 mars, le président de l'Alliance Industrie du futur, Bruno Grandjean, détaille sa volonté de "donner aux acteurs locaux le pouvoir de monter en gamme collectivement" grâce aux Communautés industrie du futur.

On souhaite créer une centaine de communautés de l’industrie du futur, annonce Bruno Grandjean
Bruno Grandjean, président de l'Alliance Industrie du Futur

L'Usine Nouvelle.- Que pouvons-nous espérer de ce Global Industrie lyonnais ?

Bruno Grandjean.- C’est la première édition de Global Industrie à Lyon, la capitale de l’industrie française, bien plus que Paris. C’est pour cela que l’événement va être, je pense, un grand succès. On attend 50 000 visiteurs environ, donc cet événement se place vraiment parmi les salons professionnels majeurs en France, avec une dimension européenne.

Il y a une vraie densité industrielle à Lyon, un des rares territoires qui reste un territoire d’industrie fort. On s’attend donc à avoir une affluence très importante, grâce notamment au contexte d’investissement productif important, avec des prévisions à des niveaux jamais vus depuis les années 2000.

Ce sera l’occasion, pour l’Alliance pour l’Industrie du Futur, de présenter ses ambitions 2019 ?

On a une actualité assez riche pendant le salon : on réunit nos ambassadeurs pour structurer l’industrie en régions de manière plus performante qu’avant. C’est aussi l’occasion de labelliser des nouvelles vitrines de l’industrie du futur, avec une remise de trophées par le ministre de l’Economie Bruno Le Maire.

Nous allons aussi lancer, lors de la réunion du Conseil national de l’industrie, une initiative qui, je pense, est assez novatrice : amplifier la dynamique des Communautés industrie du futur. Ce sont des communautés en phase avec le numérique, dans lesquelles des groupes d’entreprises - PME, ETI et grands groupes - travaillent collectivement, à l’échelle locale, à partager des expertises, des ressources ou du savoir.

Quels sont les objectifs de ces communautés ?

Cela existait déjà sous forme de prototype dans des régions pionnières, comme la Région Centre-Val de Loire, la Bretagne et la Normandie. On veut les généraliser sur l’ensemble du territoire. On souhaite créer une centaine de Communautés de l’industrie du futur, de 50 à 100 entreprises chacune.

L’objectif est de donner aux acteurs locaux le pouvoir de monter en gamme collectivement, à la fois sur les processus, sur les produits et sur le management. C’est à nous, le secteur privé, de construire les organisations professionnelles du XXIe siècle, et ces Communautés de l’industrie du futur me semblent être le bon outil pour trouver collectivement des solutions à la révolution numérique, et à en tirer parti.

 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle