L'Usine Auto

"On s'inquiète du devenir de l'usine PSA Aulnay !"

,

Publié le

Un comité central d'entreprise du groupe PSA est programmé aujourd'hui, jeudi 23 juin, Il y sera question de la fermeture, avérée ou non, de sites de production en France, dont celui d'Aulnay-sous-Bois. Ricardo Madeira, le délégué central de la CFDT, technicien en logistique sur le site de Mulhouse, explique à L'Usine Nouvelle les attentes de son organisation syndicale lors de CCE.

On s'inquiète du devenir de l'usine PSA Aulnay ! © DR

L'Usine Nouvelle - Qu'attendez-vous de ce CCE ?
Ricardo Madeira - Nous attendons avant tout des réponses aux questions soulevées par la note interne qu'a dévoilée la CGT il y a deux semaines.

Il y a d'abord l'histoire de la compétitivité du segment B sur les sites français. C'est ce qui est à l'ordre du jour du CCE. Mais nous attendons aussi des réponses quant à l'avenir du site d'Aulnay et à la production de la remplaçante de la C3. Ce qui ne semble pas encore être dans les tuyaux.

Nous demandons aussi d'avoir la fameuse note interne. Nous n'avons eu que la version que la presse a eue aussi, avec des éléments barrés. Nous voulons la version originale pour pouvoir l'analyser sans a priori idéologique. Mais ces inquiétudes sur Aulnay, cela fait un an et demi que nous les avons.

Quels problèmes avez-vous identifié sur le site Aulnay ?
Il y a plusieurs problèmes. Le fait qu'il n'y ait qu'un seul produit n'en est pas vraiment un. A Kolin (République Tchèque, ndlr), c'est pareil et le site n'est pas remis en question.

Il y a pourtant deux modèles qui y sont produits…
Pour moi la 107 et la C1 c'est pareil. Le problème c'est surtout de ne pas avoir de projet après la C3 ! On s'inquiète du devenir de cette usine. Hier matin la direction nous a présenté un bilan des investissements sur les trois dernières années dans les usines. Il y en a bien à Aulnay mais pas à la hauteur de ce qui était attendu. A titre d'exemple l'expert comptable a pointé du doigt le fait que la peinture n'est plus aux normes à Aulnay, que l'usine fonctionne toujours avec un vieux procédé. Tous les autres sites ont eu une remise à niveau de leur usine de peinture, mais Aulnay n'a rien eu.

Si la réponse que la direction vous donne c'est qu'elle compte regrouper Aulnay et Poissy pour en faire un unique gros pôle de production, que ferez-vous ?
Ce n'est pas ce que Monsieur Varin nous a dit en comité européen. Il a redit que la note n'était pas d'actualité. Mais si c'est ce qui nous est présenté… C'est une bonne question. C'est pour ça qu'on veut voir la note !

Quels types d'engagements espérez-vous ?
Nous attendons aujourd'hui ou lors du comité stratégique, que l'on nous informe qu'il y a bien un projet derrière la C3 qui garantisse une vision à moyen terme pour le site d'Aulnay.

Et si la direction ne présente aucun projet ?
L'opinion publique sera au courant qu'il n'y a pas de projet. Le gouvernement sait qu'il y a eu des idées de fermetures de sites. Nous aussi on est là. Il y a des instances du personnel… On interviendra. Mais tant qu'il n'y a pas de projet concret, c'est l'incertitude.

Qu'attendez-vous du comité paritaire stratégique qui devrait avoir lieu avant la fin du mois de juillet ?
On croit toujours au dialogue social. On croit toujours que certaines de nos propositions seront acceptées par la direction. Par exemple, la direction a décidé d'externaliser les amortisseurs produits à Sochaux. Au comité stratégique qui a eu lieu hier, nous avons demandé à faire comme Volkswagen qui garde des productions en interne pour conserver le savoir-faire. Nous avons demandé à garder une infime partie de la production des amortisseurs. Cela nous permettrait de garder de la R&D, de la production et surtout le savoir-faire. Mais comme la décision était déjà prise, la direction a répondu non à cette proposition. Mais c'était un « non » à la va vite je dirai. A nous de faire pression pour que la direction y réfléchisse de nouveau.

Comment allez-vous vous y prendre ?
Je ne vais pas m'engager. Je suis délégué syndical central, mais il y a des équipes derrières. Il faut qu'on se concerte et qu'on mette en place une stratégie, qu'on définisse une position à adopter. On verra.

La déclaration CFDT rédigée pour la séance du CCE extra : doc PDF

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte