Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Agro

"On peut s'attendre à de nouveaux cas de grippe aviaire en France", prévient François Roger

, , , ,

Publié le

La grippe aviaire dans les élevages revient en Europe. Après avoir été détectée début novembre dans un élevage de dindes en Allemagne, la souche H5N8, "hautement pathogène" pour les animaux a affecté depuis plusieurs élevages en Grande-Bretagne et aux Pays-Bas. François Roger, directeur de l'unité de recherche Animal et gestion intégrée des risques au Cirad, répond à nos questions sur l’origine du retour de ce virus et les vaccinations possibles.

On peut s'attendre à de nouveaux cas de grippe aviaire en France, prévient François Roger © Capture d'écran

L’Usine Nouvelle - Des cas de grippe aviaire ont été identifiés récemment dans des élevages aux Pays-Bas, en Allemagne et en Grande-Bretagne, quelles sont les risques que la France soit touchée à son tour ? Peut-on expliquer son origine ?

François Roger - On peut raisonnablement s’attendre à ce que la France soit touchée à son tour. Nous sommes en période migratoire des oiseaux sauvages. Il y a de fortes suspicions que l’origine de ces cas proviennent d’oiseaux migrateurs venant d’Asie. Dans de nombreux pays asiatiques, la maladie est toujours présente. Au Bangladesh, au Vietnam ou en Egypte, le virus reste endémique faute de services vétérinaires efficaces. En Thaïlande en revanche, le pays a mis d’énormes moyens et a pu se débarrasser du H5N1.

Quelles sont les différences entre la souche découverte aujourd’hui  en Europe, H5N8, et celle du H5N1, qui avait sévi en Europe il y a près de cinq ans ?

Il s’agit toujours de virus de l’influenza aviaire, mais ce sont des souches différentes. Ces virus mutent beaucoup et se recombinent entre eux. La souche H5N8 a été identifiée pour la première fois il y a une trentaine d’années. Elle réapparaît aujourd’hui, sous une forme hautement pathogène, c’est-à-dire, avec un fort risque de contagion au sein de la même espèce.

En revanche, il n’existe pas à ce jour, de cas de transmission à l’homme sur cette souche, comme sur le H5N1 ou le H7N9. En Chine, depuis les années 2000, la grippe aviaire a été particulièrement virulente et meurtrière chez les humains en contact direct avec des volailles malades. Les souches de type H5N1 et H7N9 étaient alors incriminées.

Quelles sont les solutions pour limiter sa propagation ?

Il existe des vaccins efficaces contre le H5N1 mis au point par le Français Ceva Santé animale. Mais pas sur le H5N8. Les poussins sont vaccinés dès l’éclosion. Des expérimentations sont menées avec le Cirad et la FAO, dans les pays où le virus est endémique, en Egypte et en Asie. C’est efficace. En France et en Europe, nous avons des systèmes de prévention performants. Quand un cas est identifié, tous les animaux de l’élevage sont abattus, un isolement et un vide sanitaire sont imposés.

Propos recueillis par Adrien Cahuzac

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus