L'Usine Energie

"On ne pourra pas développer une stratégie climat en Europe au détriment de nos emplois industriels", juge Patrick Pouyanné, PDG de Total

, , , ,

Publié le

Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement L’Usine Nouvelle - édition Abonné

Entretien Taxe carbone, prix de l’électricité, huile de palme, défiance des jeunes générations… Le PDG de Total Patrick Pouyanné n’esquive aucune des questions brûlantes liées à la transition énergétique.

On ne pourra pas développer une stratégie climat en Europe au détriment de nos emplois industriels, juge Patrick Pouyanné, PDG de Total
Une part variable de la rémunération des dirigeants de Total sera liée à la baisse des émissions directes de gaz à effet de serre, annonce Patrick Pouyanné.
© Dahmane - L'Usine Nouvelle

L'Usine Nouvelle - La loi Pacte incite les entreprises à se doter d’une raison d’être. Quelle est celle de Total ?

Patrick Pouyanné - Dans mon discours devant l’assemblée générale des actionnaires, il y a un an, j’ai expliqué que la raison d’être de Total, c’est de fournir une énergie la plus abordable, la plus fiable et la plus propre possible au plus grand nombre. L’inscrire dans les statuts relève du conseil d’administration. Dès 2015, nous avons réfléchi à l’ambition de Total à vingt ans. Nous voulons "devenir la major de l’énergie responsable". Chaque mot est important. "Devenir", signifie que c’est un mouvement. "Major", parce que nous voulons rester un des grands du secteur. "Énergie", c’est parce que Total ne produit et ne commercialise pas uniquement du pétrole et du gaz, mais aussi de l’électricité bas carbone. "Responsable", c’est l’être vis-à-vis du climat, de nos équipes, mais aussi de la société civile.

Cette responsabilité est-elle la base de votre politique climat ?

Forcément, les deux vont ensemble. On ne peut pas parler du monde de l’énergie sans parler de climat. Mais on ne peut pas non plus aller contre les marchés de l’énergie. On observe que le pétrole croit peu – de l’ordre de 1 % par an –, le gaz de 2 % tandis que l’électricité va doubler d’ici vingt à vingt-cinq ans. Cette demande en énergie est compatible avec le défi climatique. Ensuite, c’est une question de rythme.

Avez-vous des objectifs, comme Shell qui veut devenir le premier électricien au monde en 2030 ?

Eux, ils déclarent… Nous, on fait ! Nous sommes la compagnie pétrolière avec la plus grande base de clients dans l’électricité. Nous avons pris l’engagement de baisser de 15 % nos émissions directes de gaz à effet de serre à l’horizon 2025. Et nous allons en rendre compte.

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS
Pour un accès immédiat, payez en ligne par carte bleue

En vous abonnant à L’Usine Nouvelle, vous accédez à :

  • Une vision unique de l’industrie en France et dans le monde
  • Une couverture inégalée de l’actualité des usines en région
  • Un décryptage exclusif de la digitalisation de l’industrie et des services
  • La base de référence des 20 000 premières entreprises et sites industriels
En vous abonnant à l'Usine Nouvelle
Déjà abonné?
Connectez-vous
Pas encore abonné?
Abonnez-vous
Mot de passe perdu

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau.

Les entreprises qui font l'actu

Notre sélection : Les écoles d'ingénieurs, vivier préféré de l'industrie

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte