Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

"On a failli être amies", le film de la reconversion professionnelle

Arnaud Dumas , , ,

Publié le

Choisir l’Association pour la formation professionnelle des adultes (Afpa) comme décor de film, il fallait oser. Anne Le Ny réussit néanmoins à construire un film léger sur un sujet pourtant grave, celui en vogue du changement de vie. A l’écran depuis le 25 juin 2014.

On a failli être amies, le film de la reconversion professionnelle © Capture d'écran - www.allociné.com

Pas glamour, la formation professionnelle ? Anne Le Ny, actrice et réalisatrice ("Les invités de mon père", "Cornouaille", etc.), a décidé de prouver le contraire dans son dernier film. "On a failli être amies", sorti le 25 juin 2014 au cinéma.

Il suit l’histoire de Marithé, une formatrice de l’Afpa interprétée par Karin Viard, qui aide les adultes en quête de reconversion professionnelle. Elle croise la route de Carole (Emmanuelle Devos), la gérante-hôtesse-goûteuse-maître d’hôtel du restaurant étoilé de son mari Sam (Roschdy Zem).

Au bout du rouleau, fatiguée d’être constamment dans l’ombre de Sam, Carole veut changer de vie sans le dire à son mari et s’en remet corps et âme à Marithé. Sensible au charme de Sam, la formatrice professionnelle va vite prendre son travail un peu trop à cœur…

Au coeur de l'Afpa

Dans la première partie de son film, Anne Le Ny attaque de front le problème de la formation professionnelle des adultes confrontés au chômage. Si Carole doit changer de vie pour s’éloigner de son mari, le film dresse également, en toile de fonds, le portrait d’ouvrières tout juste licenciées de leur usine, obligées de se reconvertir.

La réalisatrice fait entrer le spectateur dans un centre Afpa de province, dans les réunions collectives d’orientation professionnelle et jusqu’aux bilans de compétence des stagiaires en reconversion.

Les métiers qui créent du lien

Autant de thématiques qu’Anne Le Ny avoue avoir découvertes en préparant son film. "Pendant le montage de mon film précédent, Cornouailles, l’assistante monteuse m’a appris qu’elle était auparavant formatrice professionnelle pour aider les gens à changer de vie, a déclaré Anne Le Ny lors d’une avant-première organisée par l’Association pour la formation professionnelle des adultes. Elle a fini par s’appliquer ses propres principes pour devenir monteuse."

Une histoire qui l’a inspirée et l’a poussée à se plonger dans les méandres de la formation pour adultes, des métiers pas "bling-bling", mais "qui créent du lien", selon Anne Le Ny. La réalisatrice se défend toutefois d’avoir voulu faire un documentaire sur l’Afpa. "Je voulais parler de quelle image de soi on a à partir de son métier et comment on se positionne par rapport aux autres", explique-t-elle.

La deuxième partie du film, sans doute la plus réussie, se focalise sur les vies intimes des deux protagonistes. Karin Viard et Emmanuelle Devos réussissent avec justesse à emmener le spectateur dans les affres de la remise en question, avec son lot d’angoisse et de somatisation. Le besoin de changer de vie n’est alors plus une simple mécanique administrative, mais un travail plus personnel sur les ambitions de chaque personnage et sur ce que leur métier représente vraiment pour eux.

Arnaud Dumas

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle