International

Bientôt la fin du litige entre Airbus et Boeing

, , , ,

Publié le

L'Organisation mondiale du commerce (OMC) entend régulariser la situation entre Boeing et Airbus, ayant tout deux été subventionnés illégalement. Airbus fait un pas de plus vers le règlement d'un litige qui l'oppose à l'avionneur  américain depuis plus de 15 ans. 

Bientôt la fin du litige entre Airbus et Boeing
Airbus a accepté un relèvement des taux d'intérêt sur des prêts obtenus auprès de la France et de l'Espagne /Photo prise le 2 juillet 2020/REUTERS/Benoit Tessier
© Benoit Tessier

Airbus a annoncé vendredi avoir accepté un relèvement des taux d'intérêt sur des prêts obtenus auprès de la France et de l'Espagne, évoquant une étape finale destinée à mettre fin au litige qui l'oppose depuis 15 ans à l'américain Boeing sur les subventions dans le secteur aéronautique. Airbus n'a pas encore précisé le coût de ces paiements supplémentaires, dont il devra s'acquitter lors des livraisons de l'appareil à l'étranger.

 

En conformité vis-à-vis de l'OMC

"Avec cette dernière étape, Airbus considère qu'il est en conformité totale avec l'ensemble des décisions de l'Organisation mondiale du Commerce (OMC)", a précisé le groupe européen dans un communiqué. L'OMC avait émit des recommandations pour régulariser la situation des deux avionneurs, et avait donné son feu vert à Washington en octobre 2019 pour imposer des mesures de rétorsion à l'UE à hauteur de 7,5 milliards de dollars (6,7 milliards d'euros) de taxes sur des produits industriels et agricoles importés d'Union européenne. A la suite de ces sanctions, l'OMC a jugé en décembre dernier que l'Union européenne n'avait pas complètement cessé de subventionner Airbus et donné raison aux Etats-Unis.

 

Rétablir la balance en sanctionnant les états-unis

Les prêts en question ont contribué à financer le développement de l'A350, entré en service en 2015, et figurent parmi les dispositions européennes que l'OMC a qualifiées de subventions illégales dans des dossiers qui portent également sur des soutiens financiers des Etats-Unis à Boeing. Sur ce point, il est attendu que Bruxelles reçoive à son tour l'autorisation d'imposer des tarifs supplémentaires sur des produits américains importés dans l'Union. Une demande "sans aucune base valable", selon Washington. Quoiqu'il en soit, on peut espérer pour les deux concurrents la fin de ce litige qualifié en 2017 de "ridicule" par Fabrice Brégier, à l'époque directeur général adjoint d'Airbus, ce qui permettrait de repartir sur des bases saines. 

 

avec Reuters (Tim Hepher, version française Myriam Rivet, édité par Enguerrand Armanet)

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte