Electronique

Olympus va supprimer 2 700 emplois d’ici à mars 2014

,

Publié le

Le groupe japonais d’appareils photo espère un retour dans le vert dès cette année budgétaire.

Olympus va supprimer 2 700 emplois d’ici à mars 2014 © Alberto.bidinot - wikimedia commons - c.c.

Depuis la révélation de l’affaire de manipulations comptables au sein du groupe, Olympus ne cesse de tenter de se restructurer. Dernière annonce en date en ce 8 juin : le groupe va sabrer dans ses effectifs avec la suppression de 2 700 emplois d’ici à mars 2014. Ce chiffre représente environ 7% de ses effectifs mondiaux actuels.

Cette mesure fait partie d’un plan plus vaste de mesures d’économies. Sous le slogan "retour aux sources", la nouvelle direction d'Olympus a établi un plan quinquennal destiné à remotiver l'entreprise malmenée par la conjoncture et par des diversifications hasardeuses et par la vilaine affaire de maquillage de comptes qui a en partie saccagé son image.

Le groupe va donc aussi réduire le nombre de ses sites industriels et resserrer ses activités sur ses principaux domaines de compétences."En revenant aux racines de l'entreprise et en lui donnant un nouveau départ, nous aspiront à recouvrer la confiance des actionnaires, à rétablir le groupe et à lui redonner une nouvelle valeur", ont précisé les dirigeants de l'entreprise.

Olympus veut conserver ses activités dans les instruments médicaux (endoscopes en premier lieu), les équipements pour les sciences de la vie ainsi que les appareils photo et techniques afférentes. Au-delà, il promet de faire le tri.

Le groupe serait en discussions avec plusieurs groupes dont Panasonic et Sony pour que l'un d'eux devienne son premier actionnaire dans le cadre d'une probable augmentation de capital d'ici à quelques mois maximum.

Malgré tout le groupe table toujours sur un retour dans le vert dès cette année, avec une amélioration significative de ses marges.

Le groupe a profité de cette annonce pour confirmer le règlement le règlement à l'amiable de son différend avec l'ex-PDG britannique Michael Woodford dont les révélation avaient permis la mise au jour de malversations financières.

Les deux parties se sont entendues pour que l'ancien patron mette fin à la procédure intentée envers Olympus moyennant le versement à Michael Woodford d'une somme de 12,5 millions d'euros pour solder la querelle.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte