Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Olivier Duha (CroissancePlus) : "Il faut privilégier les hausses d'impôts sur la consommation"

, ,

Publié le

Pour le président de CroissancePlus Olivier Duha, l'actuel projet de loi de finances 2013 serait un désastre pour l'économie française en termes de croissance et d'emploi. Il préconise notamment une hausse de la fiscalité sur la consommation afin de ne pas pénaliser davantage l'investissement et la production.

Olivier Duha (CroissancePlus) : Il faut privilégier les hausses d'impôts sur la consommation
Olivier Duha, président de CroissancePlus
© D.R. - Croissance Plus

L'Usine Nouvelle - Comment avez-vous réagi à la potentielle hausse de la taxe sur les plus-values de cession ?
Olivier Duha - Il faut expliquer toutes les incohérences de ce dispositif. On est clairement dans une politique fiscale confiscatoire. Les créateurs d’entreprises perdent souvent leurs « paris » et, dans ce cas ne sont pas remboursés alors qu’ils ont investi, bien souvent, leurs propres économies. Statistiquement, sur près de 500 000 entreprises créées par an, dont la moitié par des auto-entrepreneurs, seulement  500 dépassent les 15 millions d’euros de chiffres d’affaires dix ans après et peuvent donc espérer réaliser un gain conséquent lors de la revente.
 
Il n’y aurait donc plus selon vous d’incitation à créer son entreprise ?
Si vous n’avez que très peu de chances de réussite et que, si le succès est au rendez-vous, l’Etat vous prélève 60% de vos gains, il est certain que l’on découragera la création d’entreprise.  On risque alors un mouvement d’exode de ces créateurs ailleurs en Europe. En Belgique par exemple il n’y a pas de taxation des plus-values réalisées lors de la cession. Déjà qu’avec la France détenait avec 35% le taux plus élevé d’Europe, à plus de 60% on sera plus proche de Cuba ou de la Corée du Nord ! Quand les entrepreneurs gagnent, ils ont créé de la croissance et de l’emploi et méritent donc leur rémunération.
 
Mais l’objectif d’une réduction du déficit à 3% du PIB en 2013 ne nécessite pas une telle mesure ?
Nous sommes complètement d’accord quant à la nécessité de réduire le déficit. Mais le gouvernement ne peut pas avancer cet argument pour tout imposer. Il a le choix de la méthode et celle-ci se révélera destructrice pour la croissance et l’emploi.  En outre, les 2 milliards d’euros attendus par cette hausse de la taxe ne seront pas au rendez-vous. Les recettes  fiscales dépendent en effet du taux mais également de l’assiette, qui risque de fondre comme neige au soleil. En plus de freiner la croissance et d’aggraver le chômage, le gouvernement ne parviendra donc pas à réaliser son objectif de réduction du déficit.
 
Quelles seraient alors les mesures à adopter ?
Sachant qu'une hausse d'un point de TVA rapporterait environ de 8 milliards d'euros à l'Etat, je pense qu’il faut privilégier les hausses d’impôts sur la consommation plutôt que sur la production. Depuis trois ans et en prenant en compte les dix milliards d’euros supplémentaires de l’actuel projet de loi de Finances, les entreprises ont vu leurs impôts augmenter de 50 milliards d’euros. Et cela sans toucher à la CSG ou à la TVA. Globalement en France, on a une taxation de la production qui est excessive, alors que la consommation est relativement épargnée par rapport à d’autres pays. Cela s’explique principalement par un niveau de dépenses publiques encore trop élevé. Il faut donc réduire notre train de vie pour faire baisser la pression fiscale, ce qui permettra de faire baisser le coût du travail pour que nos entreprises retrouvent de la compétitivité.

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

05/10/2012 - 11h32 -

Vous avez pu découvrir hier sur notre site la lettre ouverte de CroissancePlus adressée au Président de la République. Nous alertons le Président de la République sur l’instabilité de l’avenir économique français, si de telles lois sont votées. REAGISSEZ en commentant ! PARTAGEZ ! LIKEZ ! pour un plus grand partage .. bit.ly/lettrecplus
Répondre au commentaire
inscrivez-vous aux webinaires

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle