"OGM, nano... des questions complexes"

Christelle Didier est sociologue, chercheuse à l'université catholique de Lille. Auteur de "Penser l'éthique des ingénieurs", elle revient pour L'Usine Nouvelle sur la façon dont les jeunes diplômés appréhendent les questions d'éthique.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

L'Usine Nouvelle - Y a-t-il un regain de souci éthique chez les ingénieurs ?
Christelle Didier - On observe un décalage entre les porte-parole de la profession, qui affirment que le progrès technologique va de pair avec le progrès social et humain, et les jeunes diplômés qui s'interrogent. Face aux nombreuses innovations technologiques de ces dernières années, les ingénieurs se retrouvent confrontés à des questions nouvelles. Ils ont besoin de clés pour se situer sur des problèmes aussi complexes que les OGM ou les nanotechnologies... Ces questionnements éthiques se manifestent alors que la profession subit une crise identitaire. La croissance exponentielle du nombre d'ingénieurs a bouleversé le métier qui se banalise.

Les ingénieurs français se sont dotés d'un code de déontologie un siècle après lesaméricains, en 1996. pourquoi ce retard ?
S'appuyer sur un texte pour donner du sens à l'action est plutôt un réflexe anglo-saxon. En France, on préfère en appeler au code du travail pour ce qui relève de l'exercice professionnel et philosopher pour le reste! Les Français ont tardé à formaliser la question de l'éthique, mais ils se la posaient déjà, notamment à travers des débats sur l'ingénieur social, préoccupé de la santé et de la sécurité des ouvriers. Elle est véritablement apparue avec l'informatique, et l'interrogation sur l'usage de cette nouvelle technologie.

Les écoles abordent-elles suffisamment la question ?
La présence de l'éthique dans les programmes est une simple recommandation de la commission des titres d'ingénieurs (CTI). Certaines écoles, les grandes surtout, proposent depuis longtemps des cours de philosophie, d'épistémologie et de sciences humaines à leurs étudiants. Même sans code, les ingénieurs français ont toujours été formés comme des " honnêtes hommes ". Aujourd'hui, ce ne sont pas toujours les cours d'éthique qui sensibilisent le mieux les futurs ingénieurs. Cependant, il ne me paraît plus imaginable de former des ingénieurs en électronique sans leur fournir les termes du débat sur les nanotechnologies.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS