Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Matières premières

Offensive européenne contre les distorsions de concurrence dans la sidérurgie

Myrtille Delamarche , , ,

Publié le

La sidérurgie européenne ferraille contre la reconnaissance de la Chine comme économie de marché, ce qui compliquerait la prise de mesures anti-dumping contre les demi-produits importés à bas coût de ce pays, alors que le marché mondial est en surproduction. Mais après quelques gammes de produits chinois bien identifiés, ce sont actuellement les aides des pays européens à leur sidérurgie nationale qui sont dans le viseur de Bruxelles.

Les entreprises citées

La Chine produit plus de 800 millions de tonnes d’acier, soit la moitié de l’acier produit dans le monde. Ses besoins nationaux ne couvrent que 400 des 803 millions de tonnes produits en 2015. Elle doit donc écouler sur le marché mondial plus de deux fois la production cumulée de la sidérurgie européenne. Résultat : elle brade ses produits. Et cela fonctionne : ses exportations vers l’Europe ont doublé en un an et demi.

En réaction, le ministre français de l’Economie Emmanuel Macron et le directeur général d’Eurofer Axel Eggert ont tous deux réclamé, ces derniers jours, que l’Union européenne agisse de façon plus efficace contre l’exportation à perte de produits chinois vers l'Europe. "La plupart des opérateurs du secteur dans nos géographies sont sortis du marché par cette pratique chinoise qui est une véritable pratique de dumping", a dénoncé Emmanuel Macron lors d’un débat à l’Assemblée nationale le 13 janvier. 

"Nous ne voyons aucun moyen de maintenir les mesures de défense commerciale si la Chine obtient le statut d'économie de marché. La majeure partie du secteur de la sidérurgie de l'Union européenne pourrait disparaître", affirme, quant à lui, Axel Eggert à Reuters.

Aider la sidérurgie française

"L'État interviendra sans hésiter là où des emplois peuvent être sauvés durablement", a promis Emmanuel Macron. Citant les exemples d’ArcelorMittal, Akers France et Vallourec, le ministre de l’Economie a rappelé que le soutien à la sidérurgie française est essentiel pour "maintenir une souveraineté productive dans ce domaine".

Il faudra alors être très prudent. Car la reconnaissance de la Chine comme économie de marché finira par arriver, après quinze ans d’efforts de Pékin en ce sens. Et après quelques mesures anti-dumping sur des gammes précises de produits chinois, c’est devant sa porte que Bruxelles fait actuellement le ménage, traquant les distorsions de concurrence à l’intérieur de ses frontières.

La Commission européenne vient d’annoncer coup sur coup l’ouverture d’une enquête sur les aides publiques italiennes au sidérurgiste Ilva, et d’exiger de la Belgique qu’elle se fasse rembourser 211 millions d’euros d’aides versées au groupe sidérurgique Duferco. Dans les deux cas, Bruxelles évoque des aides publiques contraires aux règles de l’Union européenne sur la libre concurrence.

Myrtille Delamarche

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle