Offensive de Nestlé en Chine dans le lait infantile

Nestlé prévoit de lancer cette année une nouvelle gamme de lait infantile en Chine sous une de ses marques actuelles, en ciblant notamment les petites villes, afin de conforter sa position sur le premier marché mondial du lait pour bébés.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Offensive de Nestlé en Chine dans le lait infantile
Nestlé prévoit de lancer cette année une nouvelle gamme de lait infantile en Chine sous une de ses marques actuelles, en ciblant notamment les petites villes, afin de conforter sa position sur le premier marché mondial du lait pour bébés. /Photo prise le 11 avril 2019/REUTERS/Denis Balibouse

Le géant suisse de l'agroalimentaire compte lancer une nouvelle gamme de lait infantile en Chine. Celle-ci viserait les petites communes, généralement situées dans les provinces occidentales de la Chine, où les coûts de transport et le faible pouvoir d'achat des habitants rendent inaccessibles certains produits importés.

Alors que nombre de fabricants de produits de grande consommation ont été contraints depuis des années d'aller chercher la croissance dans de petites villes de province, les divisions de lait infantile des groupes étrangers comme Nestlé, Danone et Reckitt Benckiser ciblaient jusqu'à présent essentiellement la clientèle des grandes villes comme Shanghai et Pékin. Elles comptaient notamment sur la demande pour les produits haut de gamme et les marques étrangères à la suite d'un scandale en 2008 de lait contaminé.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Avec le ralentissement de la croissance économique en Chine, un déploiement dans de nouvelles villes est devenu crucial, d'autant que les nouveaux modèles de distribution rendent cette tâche plus aisée.

La concurrence avec les producteurs locaux dans les petites villes s'annonce toutefois féroce et des obstacles logistiques ne manqueront pas sur un marché chinois du lait infantile évalué à 25 milliards de dollars (22 milliards d'euros).

Avec plus de 15 millions de naissances l'an dernier et une vigilance accrue des consommateurs, la Chine est de loin le marché le plus important au monde pour le lait infantile.

Marques étrangères contre produits locaux

Nestlé entend trouver un équilibre entre la confiance placée dans une marque mondiale et son adaptation aux goûts locaux. La nouvelle gamme de lait infantile du groupe suisse sera commercialisée différemment sous l'une des trois marques actuelles Illuma, S-26 et NAN, a déclaré Thierry Philardeau, directeur de la division nutrition infantile de Nestlé. Il a promis notamment des changements en termes de positionnement marketing et de distribution qui permettraient à ce produit d'être en phase avec sa cible.

Les villes chinoises sont classées par les spécialistes du marketing en différentes catégories en fonction du potentiel commercial, des infrastructures, de la population, du niveau de revenu des ménages et des habitudes de consommation. Les grandes métropoles comme Pékin, Shanghaï, Canton et Shenzhen sont rangées dans la première catégorie. Viennent ensuite des villes plus petites mais à la croissance rapide et peuplées de millions d'habitants. Cette catégorie, qui représentait seulement 47% du marché des préparations pour nourrissons il y a 15 ans, compte aujourd'hui pour 73%, selon Thierry Philardeau.

"Ils (les ménages de ces villes) sont prêts à payer un prix élevé mais il leur faut une communication plus conviviale, un peu moins scientifique et plus simple", a-t-il déclaré.

La nouvelle gamme de Nestlé, incluant des produits pour bébés de tous âges, sera produite dans des usines en Chine, mais le groupe n'a pas précisé la provenance du lait.

Adam Xu, associé au cabinet spécialisé OC&C Strategy Consultants, estime que la montée en gamme des acteurs locaux représente un défi pour les marques occidentales.

Partenariat avec le commerce en ligne

Les fabricants chinois de lait comme Feihe International, China Mengniu Dairy et Yili Industrial Group affichent une forte croissance depuis l'entrée en vigueur de nouvelles mesures gouvernementales qui ont considérablement réduit le nombre de marques sur le marché. Selon les analystes de Citi Research, les marques chinoises pourraient avoir 53% de parts de marché en 2022, contre 40% en 2015. Sur un marché en croissance d'environ 7%, elles progressent de 11% contre seulement 4% pour les marques étrangères. Yili Group, premier producteur laitier en Chine et cinquième fabricant de lait infantile, a déclaré à Reuters travailler sur différents fronts pour améliorer son offre grâce notamment au big data (traitement de données).

Derek Deng, associé chez Bain & Co, juge inefficace le modèle traditionnel de distribution des multinationales de biens de consommation dans les petites villes. "Cela fonctionne bien dans les villes de catégories 1 et 2 car la densité par ventes est élevée", a-t-il déclaré. "Mais dans les villes de niveau inférieur, cela engendre beaucoup de difficultés." C'est la raison pour laquelle les producteurs locaux ont tendance à faire appel à des distributeurs tiers, a-t-il ajouté, notant que les entreprises étrangères commençaient à leur tour à nouer des partenariats avec de grands distributeurs et des géants du commerce en ligne comme Alibaba et JD.com.

Selon Thierry Philardeau, Nestlé, qui a réalisé l'an dernier des ventes de sept milliards de francs (6,05 milliards d'euros) en Chine et dans sa région, renforce sa présence sur les plates-formes en ligne, notamment celle d'Alibaba. Des partenariats avec des groupes en ligne ont permis à son concurrent britannique Reckitt Benckiser de s'implanter dans 250 nouvelles villes chinoises en moins d'un an, alors qu'il aurait peut-être fallu plus de 18 mois pour entrer dans 100 nouvelles villes avec son modèle traditionnel. JD.com peut en outre livrer des produits du groupe à des magasins spécialisés en 24 heures.

Avec Reuters (par Martinne Geller et Pei Li, Rédaction de Shanghai, avec Silke Koltrowitz à Zurich, Brenda Goh à Shanghai, Dominique Vidalon à Paris; Claude Chendjou pour le service français, édité par Bertrand Boucey)

Partager

NEWSLETTER Agroalimentaire
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS