Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

[Occitanie] Toulouse et Montpellier plus forts à deux

Publié le

[Occitanie] Toulouse et Montpellier plus forts à deux

Deux métropoles labellisées french tech, Toulouse et Montpellier, deux grands clusters DigitalPlace et FrenchSouth.digital, en cours de rapprochement, et une association, La Mêlée, qui prend depuis peu en compte tout le territoire régional… L’Occitanie affiche des expertises dans l’internet des objets (IoT) et les solutions B to B, dans le sillage de Sigfox et de l’IoT Valley, mais aussi, dans le multimédia, la santé, les jeux vidéo et les applications liées aux sports et aux divertissements.

AwaCloud sécurise les données mobiles

AwaCloud a développé un microserveur sécurisé (de la taille d’une boîte d’allumettes), pour accompagner les salariés en situation de mobilité et leur permettre d’accéder à leurs données professionnelles en toute sécurité. Créé à Paris, fin 2016, par Chantal Droulez et Matthieu Bouilloux, AwaCloud est accompagné depuis mars par le Connected Camp, accélérateur de l’IoT Valley, à Labège (Haute-Garonne), où sont désormais installées ses troupes. Après avoir testé son innovation auprès de grands industriels, la start-up lance une première série. AwaCloud prévoit un chiffre d’affaires de 100 000 euros pour 2017. Son effectif devrait passer de cinq personnes à une trentaine d’ici à 2019.

Capturs géolocalise les sportifs outdoor

Ludovic Lesieur et Arnaud Loulier, cofondateurs de Capturs, ont développé une solution pour géolocaliser en temps réel les amateurs de trails, running et randonnées lointaines, grâce à un boîtier connecté portatif, équipé d’une balise GPS, avec une autonomie de plus d’un mois. Objectif : permettre aux proches de garder le contact. Le système est aussi équipé d’un bouton d’alerte. Une première série de 1 000 boîtiers a été industrialisée [photo]. Créé en 2016 et soutenu par l’accélérateur Connected Camp de l’IoT Valley, à Labège, Capturs emploie cinq personnes, a réalisé un chiffre d’affaires de 85 000 euros en 2016 et table sur une production de 50 000 boîtiers et plus de 3 millions d’euros pour 2019.

Isotropix séduit Hollywood

Sébastien Guichou et Sam Assadian, diplômés en informatique, ont créé Isotropix, à Montpellier, en 2011. Un an plus tard, la société se faisait remarquer par plusieurs studios américains, grâce à son logiciel Clarisse qui permet de combiner prises de vue réelles et modèles 3D. Ce logiciel a été utilisé pour la réalisation de blockbusters, dont « Star Wars VII », « Kong : Skull Island » [photo] ou encore « 007 Spectre ». Aujourd’hui, la société emploie 38 salariés et a ouvert, en mai, des bureaux à Los Angeles. Elle continue à recruter aussi bien des ingénieurs que des commerciaux.

EasyMile accélère son déploiement

La navette électrique et sans pilote EZ10, conçue par la start-up toulousaine EasyMile, multiplie ses sorties. Quatorze heures d’autonomie, une vitesse de croisière de 20 km/h, une capacité de 12 passagers : EZ10 a été testée sur une centaine de sites dans le monde. L’exploitation commerciale démarre à Singapour et à Arlington (Texas). L’arrivée au capital d’Alstom, au début de l’année, suivi par Continental, lui donne un coup d’accélérateur. La fabrication, confiée à Ligier, est passée à deux navettes par semaine. Créée en juin 2014, EasyMile emploie une centaine de salariés, dont 80 à Toulouse, et prévoit 50 recrutements d’ingénieurs d’ici à la fin 2018.

Telegrafik veille sur nos anciens à domicile

Après plusieurs années de R & D et de tests sur sites pilotes, la start-up toulousaine Telegrafik lance la commercialisation d’Otono-me, son service de téléassistance nouvelle génération, pour le maintien à domicile des personnes âgées. Otono-me fonctionne avec des capteurs installés dans le logement de la personne, des algorithmes d’intelligence artificielle et une application dédiée aux proches. Le service est déjà expérimenté par 600 utilisateurs. « Ils seront 100 000 d’ici à trois ans », annonce Carole Zisa-Garat, la présidente de Telegrafik. Créée en 2013, la start-up de 12 salariés a réalisé un chiffre d’affaires de 101 000 euros en 2016 et vise les 6 millions en 2020.

Medexprim valorise la data médicale

Développée par Karine Seymour au sein du CHU de Toulouse, la solution logicielle Medexprim valorise les données issues de l’imagerie médicale, pour construire des outils prédictifs sur des pathologies ciblées. Une première application a été développée sur les troubles de la marche pour détecter les premiers symptômes de la maladie de Parkinson. D’autres projets sont à l’étude sur le cancer de la vessie, l’épilepsie chez l’enfant, certains AVC… Fondée en novembre 2015, la société Medexprim, qui compte deux salariés, vient de signer son premier contrat commercial et vise 400 000 euros de chiffre d’affaires en 2018 et 1 million en 2019.

Ogoxi alerte sur les risques de crues

Créé fin 2014 et situé dans la pépinière d’entreprises de Saint-Laurent-de-Neste (Hautes-Pyrénées), Ogoxi s’apprête à commercialiser son dispositif Ogoxe, qui permet d’assurer la surveillance de cours d’eau et d’améliorer la gestion des alertes en cas d’inondation. À partir de données géographiques et hydrauliques modélisées et de données collectées en temps réel par des capteurs, Ogoxe propose un outil d’aide à la décision aux collectivités locales, associé à un boîtier connecté installé chez les particuliers. Un premier déploiement est prévu dans une vallée des Pyrénées à la fin de l’année. La société de trois salariés envisage de réaliser 1 million d’euros de chiffre d’affaires d’ici à trois ans.

Le groupe Septeo annonce 160 recrutements

En trente ans, la société montpelliéraine Genapi, petite entreprise spécialisée dans les logiciels de notaire, est devenue le groupe Septeo, qui emploie 850 salariés dans cinq pôles de compétences : notaires, avocats, immobiliers, transition numérique, et entertainment, depuis le rachat en 2012 du studio d’animation Dwarf de plus de 100 salariés [photo]. Cette année, le groupe présidé par Jean-Luc Boixel a construit 10 000 m2 de nouveaux locaux à Lattes (Hérault), au sud de Montpellier. Il prévoit 103 millions d’euros de chiffre d’affaires, 850 collaborateurs répartis sur onze sites, dont quatre à l’international.

Kaliop aide les entreprises à se transformer

Le montpelliérain Kaliop a connu une ascension fulgurante dans son premier métier, la transformation digitale des entreprises, avec notamment la mise en œuvre de portails et de sites web reposant sur des technologies open source. Aujourd’hui, il s’est recentré sur la formation et a développé Kaliop Training, qui conçoit chaque prestation en collaboration avec l’entreprise cliente et qui intervient dans quatre domaines : agilité, expérience utilisateur, devops et groupware-analytics. Fondé en 2002 par Pierre Deniset, Kaliop emploie 180 personnes pour 12 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2016.

Yellowscan embarque des lidars sur drone

La start-up montpelliéraine Yellowscan est issue des travaux d’un bureau d’étude spécialisé en imagerie aérienne. En 2012, celui-ci s’est lancé dans le développement d’un capteur laser, un lidar. Pierre d’Hauteville, qui a eu vent du projet, monte Yellowscan en 2014 pour concevoir, développer et commercialiser des lidars embarqués sur des drones, afin de réaliser des cartographies. Les modèles numériques 3D créés à partir des lidars sont destinés à la géologie, à l’archéologie, à la construction d’infrastructures… Yellowscan (18 salariés) compte une cinquantaine de clients dans le monde. 

Les structures d’accompagnement se multiplient

Impossible de chiffrer le nombre de structures dédiées aux start-up du numérique en Occitanie, tant sont nombreuses les initiatives publiques et privées. Dernières en date : La Cantine et son Starter, installés au Quai des Savoirs, le bâtiment totem de l’écosystème numérique toulousain, la création de deux Villages by CA à Toulouse et à Montpellier, l’ouverture du Numa Montpellier et du Numa Toulouse, l’extension de l’accélérateur Connected Camp de l’IoT Valley, près de Toulouse, l’installation d’un accélérateur au sein de Météo France, à Toulouse, après celui d’Airbus… Sans oublier trois grands projets : le futur campus de l’IoT Valley [photo] à Labège, une Cité des start-up à Toulouse, portée par la région, et une Halle French Tech, à Montpellier.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle