Objectif croissance 2008 : l'OCDE pointe les disparités entre pays

Le groupe d'expert de l'OCDE publie son rapport annuel « Objectif Croissance ». Il met en avant le rythme inégal des réformes mises en place par les pays membres. Pour progresser, l'OCDE prône pour plus de déréglementation dans les pays.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Objectif croissance 2008 : l'OCDE pointe les disparités entre pays
L'observatoire « Objectif Croissance » de l'Organisation de Coopération et de Développement Economiques (OCDE) se fonde sur une analyse comparative pays par pays pour évaluer les priorités afin de dynamiser la croissance et donc, selon l'OCDE, le niveau de vie des pays membres. Pour 2008, les experts constatent par la voix du Secrétaire général de l'OCDE Angel Gurria « de nets progrès dans la déréglementation des marchés de produits et dans la réforme de l'éducation et de la fiscalité », tout en constatant que les réformes dans le secteur du marché du travail sont moins importantes.

Objectif croissance est un rapport qui se divise en deux parties. Une large partie (3 ou 4 économistes dans chaque pays) surveille les indicateurs et évalue le progrès des réformes. Une seconde partie comporte des études sur les tendances économiques dégagées des observations.

Pour l'OCDE, l'assouplissement du secteur du marché du travail est gage d'une augmentation de la productivité, synonyme de création de richesse. Pourtant, si certains secteurs comme l'énergie ont connu des assouplissements, les pays dans leur majorité hésitent à engager des réformes plus profondes pour lutter contre la « rigidité » de la législation du travail. Cette hésitation des pays s'expliquerait paradoxalement par la reprise conjoncturelle, période durant laquelle les pays hésitent à mettre en place des réformes alors que pour l'OCDE, ils devraient a contrario engager ces ajustements.

Pour arriver à ces conclusions, l'organisation étudie la durée hebdomadaire du travail dans différents pays, les facteurs géographiques qui influent sur les échanges commerciaux, les réglementations à la concurrence, l'efficacité de l'enseignement et le financement des universités pour favoriser l'innovation. Plus globalement, les réformes en 2008 restent sur le même rythme que l'année précédente. Les mesures visant à améliorer la productivité l'ont emporté sur celles de l'utilisation de la main d'œuvre et d'entrave à l'emploi.

Dans le domaine de la productivité du travail, des mesures ont été prises dans les pays en retard en termes de production par heure travaillée (par rapport aux Etats-Unis) et qui ont connu ces dernières années une faible croissance de la productivité. Ces réformes ont surtout touché les pays membres de l'Amérique du Nord (hors Etats-Unis) et d'Asie ainsi que les pays européens. Les solutions proposées visaient à assouplir les contrôles à l'entrée et les contrôles opérationnels sur certains marchés de produits, de réduire les aides à l'agriculture, d'améliorer la performance du système éducatif mais également prendre des mesures en faveur de l'innovation.

Concernant l'amélioration de l'utilisation de la main d'œuvre, des mesures jugées prioritaires avaient été prises dans presque tous les pays de l'OCDE. Cependant, les pays de l'Europe continentale sont plus touchés par ces priorités en raison de leur faible utilisation de la main d'œuvre. Il faut donc établir des réformes pour l'incitation des personnes âgées et des femmes au travail ; les régimes d'assurance maladie ; la taxation des revenus du travail etc.

Au final, les pays les moins actifs en termes de réformes sont ceux à bas revenu (réformes nécessaires) ou ceux à revenus élevés (réformes moins urgentes).

Camille Harel

Partager

NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS