Objectif ambitieux pour la réduction du déficit de la Sécurité sociale

Comme évoqué déjà à plusieurs reprises par L’Usine Nouvelle, le gouvernement veut réduire le déficit de la Sécurité sociale. Il devrait être ramené à 14 milliards d’euros en 2012.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Objectif ambitieux pour la réduction du déficit de la Sécurité sociale

C’est au cours de l’après-midi du 22 septembre que le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) doit être présenté par le gouvernement. Selon la ministre du Budget, Valérie Pécresse, le déficit de la Sécurité sociale devrait être de 14 milliards d’euros en 2012. Une prévision plus optimiste que prévu, selon la ministre interrogée sur France 2. "Quatorze milliards d'euros alors que ça n'était prévu que pour 2015, donc nous avons deux ans d'avance, plus de deux ans d'avance", assure-t-elle.

Pour 2011, et selon les chiffres gouvernementaux publiés par Le Monde, le déficit du régime général pourrait atteindre 18,2 milliards d’euros en 2011. La branche maladie représenterait pour sa part 9,6 milliards d’euros en 2011 et 5,9 milliards en 2012. Pour la branche retraites, le déficit va être ramené à 5,8 milliards en 2012, contre 6 milliards en 2011 (chiffre révisé) et 8,9 milliards en 2010.

Baisse des prix des médicaments

Pour atteindre un tel objectif, de nouveaux déremboursements d’environ 40 millions d’euros vont être instaurés selon la ministre. "Très peu d’entre eux seront concernés, uniquement les médicaments inutiles", explique Valérie Pécresse. Une liste sera établie par la Haute autorité de santé et le ministère.

A cela s’ajouteront aussi quelque 600 millions d’euros d'économies sur les prix des médicaments, sous l’effet de baisses négociées avec les laboratoires pharmaceutiques. "On va demander aux laboratoires de baisser les prix des médicaments", souligne la ministre.
Par ailleurs les médecins seront à travers le contrat de performance prévu par la convention médicale signée fin juillet par l'Assurance maladie et les syndicats de médecins libéraux majoritaires, à prescrire "mieux, moins et des médicaments moins chers", notamment des génériques.

Face à ces déclarations, le Leem (les entreprises du médicament) dénonce une "surenchère de taxes totalement incompréhensible pour les entreprises tant nationales qu’internationales qui investissent dans la recherche et l’outil industriel français". L'institution estime par ailleurs que "les déremboursements et la baisse des prix risquent d'entraîner des pertes d'emplois dans les PME qui produisent les médicaments".

Six milliards d’euros

L’annonce des ces mesures par le gouvernement intervient quelques jours après la publication par la Cour des comptes d’un rapport soulignant que le déficit des comptes sociaux menaçait la pérennité même de la protection sociale. Il l’estimait alors pour 2010 à 29,8 milliards d’euros.

Au total, sur les 12 milliards d’euros d’économies voulus par le Premier ministre pour 2012, six milliards doivent améliorer les comptes de la Sécurité sociale. Les comptes sociaux figurent dans le calcul du déficit public de la France que le gouvernement veut ramener à 5,7% du produit intérieur brut fin 2011, 4,5% fin 2012 et 3% fin 2013, retrouvant ainsi la limite des 3% du Pacte de stabilité et de croissance européen.

Le texte du gouvernement sera examiné le 5 octobre en conseil des ministres et le 25 octobre à l'Assemblée nationale.

Partager

NEWSLETTER Santé
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS