Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Objectif 2017 pour le méhaniseur de Val de Sèvre et Fonroche

, , ,

Publié le

L'usine de Fonroche et de la coopérative Val de Sèvre, qui transformera effluents et co-produits d'abattage, apportera de la chaleur à l'usine voisine de Delpeyrat. 12 millions d'euros seront investis.

Objectif 2017 pour le méhaniseur de Val de Sèvre et Fonroche
Fonroche et la coopérative Val de Sèvre visent désormais 2017 pour une mise en production de leur unité de méthanisation de La Pommeraie-sur-Sèvre.
© Fonroche

Fonroche et la coopérative Val de Sèvre visent désormais 2017 pour une mise en production de leur unité de méthanisation de La Pommeraie-sur-Sèvre (Vendée). Un début des travaux est envisagé pour la mi-2016, après enquête publique. Ce projet d'1,5 mégawatt électrique (3,5 MW avec la chaleur), pour un coût de 12 millions d'euros, prendrait place près de l'usine Delpeyrat, dont Val de Sèvre est l'actionnaire minoritaire. Elle l'alimenterait en chaleur.

Selon Nicolas Rotureau, secrétaire administratif de Val de Sèvre, l'intérêt est bien partagé entre les besoins en chaleur de Delpeyrat et la nécessité, pour les éleveurs, de trouver un débouché pour le lisier et le fumier. Trente d'entre eux, fourniront 68 000 tonnes d'effluents au site qui traitera aussi des co-produits d'abattage. "Beaucoup d'éleveurs ont signé sans hésiter", note Nicolas Rotureau, précisant que l'outil de méthanisation ne pourra traiter que la moitié des effluents générés dans les 30 à 40 kilomètres à la ronde, distance au-delà de laquelle la collecte est jugée moins rentable.

Enjeu déterminant pour les éleveurs

Pour les éleveurs, notamment ceux qui ne possèdent pas de terre, la solution aux effluents est un enjeu déterminant pour assurer l'avenir de leur production. Si le financement n'a pas posé de problèmes, le projet a un peu glissé dans le temps en raison des droits d'épandage des digestats qui restent à acquérir sur ce territoire déjà excédentaire. La coopérative Val de Sèvre est l'un des acteurs importants de cette filière avec 200 éleveurs pour une production annuelle de 3 millions de canards représentant 1 500 à 1 700 tonnes de foie gras, soit un chiffre d'affaires de 78 millions d'euros.

Emmanuel Guimard

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle