Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Obama veut réformer la fiscalité des entreprises

, ,

Publié le

En visite dans les entrepôts d'Amazon, ce mardi 30 juillet, Barack Obama est revenu sur la fiscalité des entreprises. Le Président américain souhaite réformer l'impôt sur les sociétés suite à un "marchandage" conclu avec les élus républicains du Congrès.

Obama veut réformer la fiscalité des entreprises © D. R.

En déplacement dans les locaux du spécialiste de la distribution en ligne, Amazon, à Chattanooga (Tennessee), Barack Obama a exposé son projet de réforme de l'impôt sur les entreprises. Le Président américain souhaite simplifier la fiscalité des entreprises en faisant passer leur taux d'imposition actuel de 35% à 28% et jusqu'à 25% pour les entreprises industrielles.

"A l'heure actuelle, notre code des impôts est tellement truffé de niches inefficaces que de nombreuses entreprises qui se comportent correctement et investissent aux Etats-Unis paient 35%, tandis que les sociétés disposant des meilleurs comptables mettent leur argent à l'étranger et ne paient pas grand chose, ou carrément rien. Ce n'est pas juste.", a déclaré Barack Obama.

Une "amnistie fiscale" pour les grandes entreprises

Les grandes sociétés concernées par la mesure telles que  Google, Amazon, Microsoft, Apple ou encore IBM réclamaient déjà une réduction du taux d'imposition auquel elles auraient pu être soumises si elles rapatriaient leurs profits expatriés.

Au coeur des discussions lors de la dernière réunion du G8, l'exil fiscal d'Apple, de Google, d'Amazon et d'autres grandes entreprises américaines étaient accusées de faire perdre 1,375 milliards de dollars au fisc américain, selon l'OCDE.

Un "marchandage" avec les Républicains

Pour valider sa démarche, Barack Obama a annoncé qu'elle s'inscrivait dans le cadre d'un "marchandage" avec les élus républicains du Congrès, qui siègent en majorité dans la chambre affectée aux questions de dépenses publiques mais tous ne sont pas acquis à la cause de la réforme fiscale.

Barack Obama qui dénonce un code fiscal en faveur des plus aisés ne se fait pas que des amis dans l'opposition. Mitch McConnell, le président du groupe des républicains à la chambre basse, a d'ores et déjà affirmé que la proposition de réforme du Président Obama n'était "qu'une version encore plus gauchiste d'un plan discrédité qu'il a déjà proposé il y a deux ans, cette fois agrémenté de bonus supplémentaires pour les partisans des hausses d'impôts et des dépenses".

L'intervention du Président américain survenait après l'annonce officielle d'Amazon qui promet d'embaucher 7000 personnes aux Etats-Unis prochainement.

Wassinia Zirar

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle