Obama veut donner un choc électrique à l'économie américaine

Au cours de son discours face aux élus de la Chambre des représentants et du Sénat le 8 septembre, le président des Etats-Unis, Barack Obama, a annoncé un plan pour l'emploi estimé à plus de 447 milliards de dollars.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Obama veut donner un choc électrique à l'économie américaine

L’objectif du président est de donner un choc électrique à l’économie américaine. "Ce plan donnera un choc électrique à une économie qui a calé, donnera confiance aux entreprises sur le fait que si elles investissent et embauchent, il y aura des clients pour leurs produits et leurs services. Vous devez adopter ce plan immédiatement", assure le président.

Pour y parvenir, il mise sur l’emploi. Dans son discours, le président propose notamment des réductions d’impôts pour aider les PME américaines à embaucher davantage et à prospérer. Ainsi, une réduction de moitié des cotisations patronales sur les 5 premiers millions de dollars de masse salariale et la suppression des cotisations patronales pour les entreprises qui accroissent leur masse salariale par des embauches ou des augmentations coûteront environ 70 milliards de dollars.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Parallèlement, le président veut "remettre les salariés au travail et reconstruire et moderniser l’Amérique". Il suggère ainsi de les aider en modernisant notamment les infrastructures de transport. Une mesure coûteuse et estimée à 50 milliards de dollars. Devrait aussi être créée une banque nationale des infrastructures. Pour 15 milliards de dollars, Barack Obama veut lancer des projets publics de rénovation ou réinvestissement de logements ou locaux d'entreprise vacants.

Le président estime que pour relancer l’économie américaine au plus mal depuis quelques semaines, il faut "créer des passerelles pour un retour vers l’emploi pour les Américains qui sont à la recherche d’un emploi". Il suggère donc une grande réforme des allocations chômage, avec maintien des allocations pour les salariés à temps partiel. A cela s’ajoute un système de formations plus élaboré. Un crédit d'impôt de 4.000 dollars pourrait être versé aux employeurs embauchant des chômeurs de longue durée.

Sur le plan fiscal, le président souhaite prolonger en 2012 de la réduction de moitié des cotisations salariales, soit 1 500 dollars d'impôts en moins pour un ménage moyen. Une mesure estimée à plus de 175 millions de dollars.

Un vote immédiat

A quatorze mois des élections présidentielles aux Etats-Unis, l’enjeu de ce plan est essentiel pour le président. C’est pourquoi il a incité à 16 reprises dans son discours les membres du Congrès à voter immédiatement en faveur de ce texte. Ses adversaires républicains sont pour le moins sceptiques face à ses propositions.

Sur le terrain, à chaud, les réactions ont été plutôt vives du côté des organisations patronales. "Nous sommes déçus que le président n'ait présenté aucune idée nouvelle", estime le syndicat patronal Associated Builders and Contractors (ABC). Il estime que le plan devrait être rejeté par le Congrès. Chez les syndicats de travailleurs, les réactions ont été plus positives. On assure du côté des employés de la métallurgie que le plan est un "outil prometteur pour ramener les gens à avoir confiance dans la volonté d'action du gouvernement pour accélérer la croissance".

Le président a profité de son discours pour annoncer qu’il dévoilerait un plan de réduction du déficit public le 19 septembre prochain. "Un plan qui couvrira non seulement le coût engendré par cette proposition de loi pour l'emploi, mais qui à long terme stabilisera aussi notre dette".

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS