Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Obama dit avoir eu des échanges "francs" sur le yuan avec Hu

Publié le

WASHINGTON (Reuters) - Barack Obama a déclaré mardi que la Chine n'avait toujours pas présenté un calendrier de réforme de sa devise, le yuan, malgré les conversations "franches" qu'il a eues avec le numéro un chinois Hu Jintao sur la question d'une réévaluation de cette monnaie.

Obama dit avoir eu des échanges "francs" sur le yuan avec Hu © REUTERS

Les entreprises citées

Le président américain s'exprimait au cours d'une conférence de presse tenue à l'issue du sommet de Washington sur la prévention du terrorisme nucléaire, en marge duquel il a eu un entretien d'une heure trente avec Hu Jintao, lundi.

"Concernant le dossier de la monnaie, le président Hu et moi-même avons eu un certain nombre de conversations franches", a dit Obama aux journalistes. "J'ai très clairement dit qu'à mes yeux, le yuan était sous-évalué, et que la décision qu'avait pris la Chine dans les années passées de commencer à le laisser fluctuer était la bonne".

"Je n'ai pas de calendrier, mais j'ai espoir que la Chine prendra une décision qui, au bout du compte, servira au mieux ses intérêts".

Pour bon nombre d'économistes, le yuan est à 40% en dessous de sa valeur réelle.

Lundi, un responsable chinois avait déclaré que la Chine ne procéderait sans doute pas à une réévaluation exceptionnelle de sa monnaie mais qu'elle pourrait en revanche étendre ses marges de fluctuation.

"Selon nos études, une réévaluation exceptionnelle n'est pas applicable, mais nous pourrions étendre la marge quotidienne de fluctuation, qui pourrait passer à 1% contre 0,5% aujourd'hui", a-t-il déclaré au China Business News sous le sceau de l'anonymat.

Le directeur de recherche de la Banque centrale chinois Chang Jianhua a de son côté déclaré que Pékin devait s'attacher à gérer les perspectives inflationnistes. Si la Chine ne prend pas de nouvelles mesures, l'inflation pourrait devenir un réel problème, prévient-il. Pékin a fixé un objectif d'inflation à 3% cette année, mais il estime que 3,5% serait une vraie menace.

Paul Eckert; Nicolas Delame et Eric Faye pour le service français

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle