NXP vise un chiffre d’affaires de 10,9 à 11,6 milliards de dollars en 2021

Fort de son ancrage sur l’automobile, l’industrie et l’Internet des objets, le fabricant néerlandais de semi-conducteurs NXP espère croître 50% plus vite que son marché sur les trois ans à venir. De quoi atteindre un chiffre d’affaires de 10,9 à 11,6 milliards de dollars et porter sa marge d’exploitation entre 31 et 34% en 2021.

Partager
NXP vise un chiffre d’affaires de 10,9 à 11,6 milliards de dollars en 2021
Carte électronique avec une puce de NXP

C’est une année de transition pour NXP. Le fabricant néerlandais de semi-conducteurs, qui compte 31 000 personnes dans le monde, clôture en 2018 son premier exercice sans l’activité de circuits standards devenue en 2017 Nexperia, une société indépendante détenue par des fonds d’investissements chinois. Et cela se ressent dans ses résultats.

L’ancien bras armé de Philips dans les puces électroniques affiche un chiffre d’affaires de 9,4 milliards de dollars, en progression de 2%, un bénéfice d’exploitation de 2,7 milliards de dollars (2,1 milliards de dollars en 2017) et un bénéfice net de 2,26 milliards de dollar (2,27 milliards de dollars en 2017). La marge d’exploitation monte à 28,8%, contre 22,7% un an auparavant. Ce qui fait de NXP l’une des entreprises les plus rentables dans son secteur.

UNE DES ENTREPRISES LES PLUS RENTABLES DANS LES SEMI-CONDUCTEURS

Mais les nuages ne sont pas très loin. Le groupe, qui se place cinquième fournisseur mondial de semi-conducteurs hors mémoires (derrière Intel, Broadcom, Qualcomm, Texas Instruments et STMicroelectronics selon Gartner), numéro un des puces automobiles et numéro deux des microcontrôleurs (derrière Renesas Electronics), commence à être impacté par le ralentissement macro-économique, la baisse du marché des smartphones et les incertitudes liées à la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine.

Au quatrième trimestre 2018, le chiffre d’affaires a reculé de 2% en un an à 2,4 milliards de dollars. Une baisse de régime que le PDG Rick Clemmer attribue à la contraction de la demande dans l’automobile et l’industrie en Chine. Et le pire est attendu au premier trimestre 2019 avec un recul du chiffre d’affaires de 8% (plus ou moins 3 points) et une baisse de la marge d’exploitation à 26% (plus ou moins un point).

Mais le patron de NXP reste confiant sur les perspectives à moyen terme et s'attend à un deuxième trimestre 2019 meilleur que le premier. Il maintient son objectif de croissance de 5% à 7% en moyenne par an sur les trois années à venir, soit 50% plus vite que l’ensemble de son marché cible, de façon à atteindre un chiffre d’affaires de 10,9 à 11,6 milliards de dollars et une marge d’exploitation ajustée de 31 à 34% en 2021, contre 28,7% en 2018.

Faible exposition aux mobiles et à Apple

Rick Clemmer mise sur l’ancrage de son groupe sur l’automobile, l’industrie et l’Internet des objets, des marchés qui représentent 67% du chiffre d’affaires en 2018 et qui sont promis à une croissance plus rapide que les autres segments de marché. Les mobiles, un marché extrêmement volatile, ne pèse que 12% de son revenu. NXP semble moins exposé à l’effet Apple que Texas Instruments, Broadcom, AMS ou STMicroelectronics. Son plus grand client vient de l’automobile avec près de 10% du chiffre d’affaires. Apple ne serait que son deuxième client avec environ 7% du chiffre d’affaires.

NXP place également ses espoirs dans le développement d’un nouveau paradigme de l’Internet des objets: l’Edge computing, qui consiste à traiter les données, non pas sur des serveurs ou dans le cloud, mais au plus près des capteurs qui les génèrent. Rick Clemmer estime son groupe bien placé pour profiter de cet Eldorado. Son entreprise dispose d’une offre étendue pour ce marché, allant des processeurs d’application à quelques dizaines de dollars aux microcontrôleurs à une dizaine de centimes, en passant par les composants de connectivité réseau ou encore les circuits de sécurisation.

Parallèlement à cela, NXP explore des marchés verticaux avec des approches intégrée comme l’illustre la création cette année de deux centres de compétences dédiés, l’un à l’industrie 4.0, l’autre à l’électroménager.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

ORANO

Technicien Chimiste - Recyclage des Batteries F/H

ORANO - 21/01/2023 - CDI - Bessines-sur-Gartempe

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

30 - CC RHONY VISTRE VIDOURLE

Fourniture et acheminement de gaz

DATE DE REPONSE 02/03/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS