Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

NXP mise sur l’Edge computing pour croitre 50% plus vite que son marché d’ici 2021

Ridha Loukil , , , ,

Publié le

Après l’abandon de son acquisition par Qualcomm, le fabricant néerlandais de semi-conducteurs NXP mise sur l’Edge computing pour continuer à croitre 50% plus vite que son marché dans les trois ans à venir. De quoi espérer atteindre un chiffre d’affaires de 10,9 à 11,6 milliards de dollars en 2021 et améliorer la marge d’exploitation entre 31 et 34%.

NXP mise sur l’Edge computing pour croitre 50% plus vite que son marché d’ici 2021
Rick Clemmer, le patron de NXP, fait de l'amélioration des marges une obsession
© NXP

"Nous sommes de retour ". C’est ainsi que Rick Clemmer, le directeur général de NXP, a ouvert la journée dédiée aux investisseurs à New York, le 11 septembre 2018. Après 21 mois de démarches réglementaires pour le rachat de sa société, Qualcomm a été contraint par la Chine à renoncer au projet. Comment NXP voit maintenant son avenir seul ?

Nouveau paradigme de l'Internet des objets

Chez Rick Clemmer, l’optimisme est de mise. "Du point de vue des revenus, nous pensons que NXP peut atteindre un taux de croissance moyen de 5 à 7% sur les trois ans à venir, soit 50% de plus que la croissance de notre marché cible, formé par l’ensemble des semi-conducteurs hors puces mémoires", pronostique-t-il. Une progression en ligne avec l’évolution connue depuis l’introduction en Bourse de l’entreprise en 2010.

Rick Clemmer fonde son optimisme sur la position de NXP de numéro un mondial des puces pour l’automobile, devant Infineon Technologies et Renesas Electronics. Il place également ses espoirs dans le potentiel d’un nouveau paradigme de l’Internet des objets: l’Edge computing. "Pour des raisons de temps de latence ou de bande passante des réseaux, l’Edge consiste à collecter et traiter les données localement au plus près des capteurs qui les génèrent, et éventuellement prendre des actions, explique-t-il. Les données prétraitées peuvent aller ensuite au cloud puis revenir pour déclencher des actions localement. Le traitement peut faire appel à l’intelligence artificielle et au Machine Learning. C’est cela l’Edge computing. Cela va être une immense opportunité pour nous."

N°1 mondial des microcontrôleurs

C’est dans l’industrie et l’Internet des objets que cette révolution s’annonce comme la plus prometteuse. Sur ces secteurs d’application, qui représentent 20% de son chiffre d’affaires, NXP entrevoit une croissance de 8 à 11% par an sur les trois prochaines années, contre 3 à 5% pour l’ensemble de ces marchés. Le fabricant néerlandais de semi-conducteurs mise pour cela sur ses fortes positions dans les microcontrôleurs (il en est le numéro un mondial), les processeurs d’applications ou encore les circuits de sécurité, indispensables à la sécurisation des objets connectés.

Dans l’automobile, qui pèse 47% de son chiffre d’affaires, Rick Clemmer prévoit une progression de 7 à 10% par an sur les trois années à venir, contre 5 à 7% pour l’ensemble de ce secteur d’application. Sur les deux autres domaines d’application, celui des mobiles et celui des infrastructures télécoms, qui représentent ensemble 29% du chiffre d’affaires, il laisse miroiter une évolution en ligne avec le marché ou légèrement en retrait.

L'obsession des marges

Le directeur général voit finalement le chiffre d’affaires total du groupe atteindre 9,4 milliards de dollars en 2018 (contre 9,3 milliards de dollars en 2017) et entre 10,9 et 11,6 milliards de dollars en 2021. L’amélioration des marges reste une obsession. NXP se targue d’être l’un des fabricants de semi-conducteurs les plus rentables au monde avec une marge d’exploitation de 29,4% en 2017, contre 18% pour l’allemand Infineon Technologies et 14% pour STMicroelectronics. Et Rick Clemmer entend améliorer encore la rentabilité en atteignant des marges d’exploitation de 31 à 34% en 2021.

Ancien bras armé de Philips dans les semi-conducteurs, NXP compte 31 000 personnes et affiche un chiffre d'affaires de 4,4 milliards de dollars au premier semestre 2018 selon le cabiner IC Insights, ce qui en fait le septième plus grand fournisseur mondial de puces électroniques (hors mémoires dont le groupe est absent) et le deuxième européen derrière Infineon Technologies mais devant STMicroelectronics.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle