Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

NVH Medicinal investit 8 millions d’euros dans son nouvel outil industriel

, , , ,

Publié le

La biotech NVH Medicinal prévoit d’investir 8 millions d’euros dans son nouvel outil industriel, à Dijon (Côte d'Or), pour révolutionner les collagènes de synthèse.

NVH Medicinal investit 8 millions d’euros dans son nouvel outil industriel
NVH Medicinal a mis au point des collagènes de synthèse en les miniaturisant tout en conservant leurs activités spécifiques.
© NVH Medicinal

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

Spécialisée dans les collagènes de synthèse, la biotech NVH Medicinal va investir 8 millions d’euros dans son nouvel outil industriel à Dijon (Côte d'Or). Créée il y a tout juste 10 ans par David Vandroux, docteur en biologie, la start-up a été hébergée au CHU Dijon Bourgogne durant plus de six ans, avant d’emménager chez Hope !, la pépinière d’entreprises dijonnaise. Aujourd’hui, la biotech de neuf salariés manque de place et prévoit donc de faire construire un nouveau bâtiment sur la métropole pour 6 millions d’euros. "En complément, 2 millions d’euros seront investis dans de nouveaux équipements", précise le président fondateur de NVH Medicinal. Ce développement devrait aussi entraîner une vingtaine de recrutement dans les trois prochaines années. "On en prévoit 4 ou 5 d’ici 2019", annonce-t-il.

30 brevets délivrés

Après 10 années de recherche et de développement et 7 millions d’euros investis dont 3 millions d’euros de capital, NVH Medicinal a mis au point des collagènes de synthèse en les miniaturisant tout en conservant leurs activités spécifiques. "Nous avons aujourd’hui une licence exclusive, basée sur une soixantaine de brevets détenus par le CHU Dijon Bourgogne. 30 sont déjà délivrés et 30 autres sont en cours d’évaluation", explique David Vandroux. Ces collagènes synthétisés par NVH Medicinal peuvent aujourd’hui être utilisés dans un cadre médical, notamment dans le traitement des hémorragies sévères. "Il existe 28 types de collagènes dans la nature. Si nous arrivons à connaître les spécificités de chacun, nous pourrons les synthétiser pour en faire des bio-médicaments", confie le fondateur de la biotech. Ces derniers pouvant aussi permettre de rendre biocompatible n’importe quel implant dans l’organisme.

Des applications médicales mais aussi cosmétiques

À côté de l’application médicale, NVH Medicinal développe depuis un an une gamme de cosmétiques à base de ses collagènes de synthèse. "Alors qu’on parle beaucoup de collagènes en cosmétique, nous avons réussi à développer le seul actif collagène au monde à réunissant la structure en triple-hélice et une extrême miniaturisation". Avec cet actif, NVH Medicinal a sorti une gamme de cinq produits cosmétiques sous la marque Innéis. Un marché en pleine expansion qui intéresserait outre-Atlantique. Après un an de commercialisation, cette gamme de cosmétiques rapporte déjà 120 000 euros de chiffre d’affaires à la biotech dijonnaise.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle