Numalliance, cette niche premium qui cartonne à l'export

Numalliance, l'unique fabricant français de machines de déformation à froid de fils, tubes et méplats métalliques, produit l'intégralité en interne, du software à la peinture, et travaille avec un panel de sous-traitants locaux. Prisées à l'international, 90% de ses machines s'exportent.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Numalliance, cette niche premium qui cartonne à l'export

La tête plie le fil métallique avec une rigueur militaire. Tordu et torsadé, il est malmené à un rythme effréné. En bout de course, le résultat paraît brouillon. Pourtant, chaque courbe que les machines de la société Numalliance infligent aux fils répond à une exigence très stricte. Ces fils, qui composeront l'armature d'un siège automobile, ont été mesurés au dixième de millimètres près. "La marge d'erreur de nos machines est très faible, assure Alexis Morel, ingénieur service client. Et on est capable de la réduire à nouveau."

90% à l'export

Au pied du massif des Vosges, Numalliance développe et conçoit des machines de déformation à froid de fils, tubes et méplats métalliques. Seule sur ce secteur dans tout l'Hexagone, elle travaille en grande partie pour la sous-traitance automobile (60% de son activité), mais aussi pour l'aéronautique, l'agriculture et la grande distribution. Née en 2003 de l'acquisition par Macsoft, située à Saint-Michel-Sur-Meurthe (Vosges), des entreprises Satime à La-Selle-en-Luitré (Ille-et-Vilaine) et Latour à Bazeilles (Ardennes), elle exporte 90% de sa production.

"Nous sommes très exigeants sur la qualité de nos machines, précise Joël Etienne, PDG et cofondateur de Numalliance. Nous ne produisons que 150 unités par an, dont le prix oscille entre 100 000 et 2,5 millions d'euros pièce." Le chiffre d'affaires de Numalliance a atteint 30 millions d'euros en 2013 et l'entreprise table sur 35 millions cette année.

Vidéo : Les étapes de fabrication chez Numalliance

"Pas question de dégrader l'image du made in France"

Du très haut de gamme. Tant sur la qualité de la machine que sur les produits qui la composent. "Dans la mesure du possible, nous ne travaillons qu'avec des sous-traitants locaux et nationaux, insiste Joël Etienne. Mais il y a certaines pièces que l'on est obligé d'importer." Les moteurs sont montés en Italie et tous les composants électroniques viennent d'Asie.

Avec 90 salariés sur son site de Saint-Michel, et 150 personnes en tout, Numalliance tient à sa force industrielle française et n'envisage pas une seconde de délocaliser. "Le produit made in France a une très bonne image, pas question de la dégrader ! réagit Didier Le Bris, directeur commercial. Vu que nous fabriquons de la petite série, ce ne serait pas viable de produire localement." Pour se rapprocher de ses clients, Numalliance utilise un réseau de sept filiales commerciales et techniques implantées à l'international et managées par des locaux.

Se développer dans l'aéronautique

Au premier étage du site vosgien, où se situent le bureau d'étude, la R&D et le service client, une trentaine de salariés s'affairent derrière des ordinateurs. Ici, Numalliance développe tous les logiciels qui pilotent les machines. "Quand le client le souhaite, nous pouvons refondre le soft pour donner de nouvelles fonctionnalités à la machine", garantit Didier Le Bris. Quelques opérateurs surveillent en temps réel les installations chez les clients via une connexion internet. "80% des problèmes sont résolus par télémaintenance."

Afin d'ajouter à ses compétences le cintrage du tube, Numalliance a acquis en septembre la société rhodanienne Silfax. "Cette acquisition nous permettra de nous développer dans l'aéronautique, une activité qui devrait représenter 10% de notre chiffre d'affaires (contre 5% aujourd'hui)", espère le PDG. Sur l'exercice en cours, une douzaine d'embauches ont été réalisées et une dizaine sont encore prévues. Une nouvelle preuve de sa santé de fer.

Timothée L'Angevin

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS