NTN-SNR veut croître dans l’aéronautique

Le fournisseur de roulements concrétise sa stratégie de développement sur le marché de l’aéronautique par un investissement de 20 millions d’euros à Argonay (Haute-Savoie). Le nouveau bâtiment de 2 000 m² a permis une augmentation importante de la capacité de production du site.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

NTN-SNR veut croître dans l’aéronautique
Doc. NTN-SNR - Site d'Argonay : A gauche le bâtiment de 2 000 m².

Le fabricant de roulements NTN-SNR, filiale du groupe japonais NTN, a inauguré samedi dernier, le 22 octobre, un bâtiment de 2 000 m² sur son site d’Argonay (Haute-Savoie). Un investissement de 20 millions d’euros pour la production de roulements dédiés à l’aéronautique. L’objectif est d’augmenter le chiffre d’affaires de 30 % d’ici à 2015 dans ce secteur.
Le programme d’investissement se déroule en deux phases : une première de 10,5 millions d’euros sur la période 2008-2011 suivie par une deuxième, de la même envergure, pour arriver à une enveloppe globale de l’ordre de 20 millions d’euros. Cet investissement, à l’instar de celui réalisé sur le site de Seynod pour le marché ferroviaire, concrétise la stratégie de développement de NTN-SNR sur les marchés en croissance. L’industrie aéronautique est dopée par un important renouvellement des flottes et connaît des mutations technologiques considérables. « Cela concrétise notre ambition d’être présents avec des produits innovants dans les moteurs et les hélicoptères de demain », déclare Didier Sepulchre de Condé, PDG de NTN-SNR Roulements.

Le marché aéronautique est un secteur où la valeur ajoutée est forte avec la création de roulements spécifiques sur des petites séries. Pour y répondre, NTN-SNR dispose de son bureau d’études dédié sur le site d’Argonay. Ce dernier travaille en étroite relation avec le centre de R&D Europe basé Annecy. Des roulements avec corps roulants en céramique ou revêtements de surface spécifiques sont notamment à l’étude afin de générer des gains de masse et de réduire ainsi les consommations et émissions des appareils.
NTN-SNR est déjà un acteur mondial majeur du marché aéronautique. Des motoristes comme Safran, Pratt & Whitney ou encore General Electric et Rolls Royce font appel à ses solutions. Ses roulements sont notamment présents dans le moteur CFM56, le plus utilisé au monde et qui équipe aussi bien Airbus que Boeing. Les roulements de NTN-SNR se retrouvent aussi dans de nombreux rotors, turbines ou encore transmissions pour de nombreux modèles d’hélicoptères. Enfin NTN-SNR est au cœur de l’aventure spatiale avec les turbopompes qui équipent Ariane 5.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Le nouveau bâtiment de 2 000 m² a permis une augmentation importante de la capacité de production, avec quatre lignes d’assemblage supplémentaires, un renforcement important du parc machines, un espace supplémentaire pour l’inspection finale ainsi que pour le lavage et l’emballage. Il a permis aussi une réorganisation et une optimisation des flux. « Outre l’augmentation de nos capacités, cela permet une amélioration de nos process et une nouvelle ergonomie des postes de travail améliorant les performances, les conditions de travail et la sécurité », indique Alain Chauvin, directeur industriel de NTN-SNR.

Les salariés ont été associés à ce projet dès l’amont. C’est ainsi que les équipes de production organisées en îlots ont pu participer à la définition des postes de travail et à l’organisation des lignes. Par ailleurs, les salariés sont accompagnés dans la maîtrise des nouveaux outils, bénéficiant ainsi de l’accent mis par NTN-SNR à la formation. Cela se traduit sur le seul site d’Argonay par 7 000 heures de formation par an et 70 000 heures par an pour l’ensemble de l’entreprise en France, soit l’équivalent de plus de 4 % de la masse salariale. A noter également, que NTN-SNR a recruté 200 collaborateurs d’avril 2010 à mars 2011.

Enfin, la performance environnementale a présidé à la conception du bâtiment. Le projet est ainsi labellisé Grenelle Environnement Réglementation thermique 2012 et son isolation est renforcée pour répondre aux futures réglementations. Le chauffage et le système de refroidissement utilisent des pompes à chaleurs à haut rendement. Un nouveau traitement des eaux, plus efficace et d’une plus grande capacité, a été mis en place. Celui-ci est partiellement financé par l’agence de l’eau. Le bruit a aussi fait l’objet de traitements spécifiques.
L’investissement fait à Argonay est à mettre en parallèle avec l’investissement de 13 millions d’euros réalisé sur le site de Seynod (Haute-Savoie) sur les roulements des marchés ferroviaires et éoliens.
Rappelons que NTN-SNR Roulements emploie 4 800 personnes et possède 11 sites de production en Europe et au Brésil et 23 agences commerciales réparties sur tout le globe. Le site d’Argonay emploie 370 salariés.

0 Commentaire

NTN-SNR veut croître dans l’aéronautique

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS