Noyer se dit opposé à un fonds de protection des banques

FRANCFORT (Reuters) - Le gouverneur de la Banque de France Christian Noyer s'est joint au choeur des membres de la BCE opposés à la création d'un fonds destiné au sauvetage des banques commerciales, estimant qu'il n'était pas du ressort des gouvernements de jouer ce rôle.

Partager

Dans un entretien accordé au Handelsblatt, il a déclaré que "toute assurance des banques par les gouvernements, directe ou indirecte, devait être évitée.

"Il faut clairement dire qu'il n'y a pas d'assurance implicite pour les banques."

Les propos de Christian Noyer s'inscrivent dans la ligne de ceux d'autres membres du conseil des gouverneurs de la BCE qui ont dit leur opposition à un tel fonds, alimenté par l'argent public.

Lundi, l'administrateur délégué de la banque italienne Unicredit Alessandro Profumo a plaidé en faveur de la constitution d'un fonds de sauvegarde financé à la fois par le public et par le privé. Cette idée avait été lancée par son homologue chez Deutsche Bank Josef Ackerman.

Selon le banquier italien, il est impossible que le secteur privé s'assure lui même contre une catastrophe semblable à la dernière crise financière, ce qui justifierait que les gouvernements apportent leur écot.

Les vues diamétralement opposées des partisans et des adversaires de ce fonds sont échangées alors que se prépare le sommet du G20 de Washington au cours duquel la stabilité financière sera une fois de plus au menu.

"Les banques ne méritent pas d'être protégées si elles ont agi de manière irresponsable", a jugé Christian Noyer.

Marc Jones, Nicolas Delame pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

0 Commentaire

Noyer se dit opposé à un fonds de protection des banques

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS