Novacap se dote d’une nouvelle unité de production à Roussillon

Le groupe lyonnais Novacap a investi 5 millions d'euros dans une unité de production d’éther diisopropylique sur la plate-forme chimique de Roussillon (Isère).

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Novacap se dote d’une nouvelle unité de production à Roussillon

Le groupe chimique lyonnais Novacap dispose d’une nouvelle unité de production d’éther diisopropylique (DIPE) sur la plate-forme de Roussillon (Isère) où il est implanté avec sa filiale Novapex. D’une capacité de 5 000 tonnes, cette unité qui utilise un procédé innovant, respectueux de l’environnement et d’une grande efficacité énergétique, représente un investissement de l’ordre de 5 millions d’euros.

L’éther diisopropylique est employé comme solvant d’extraction par l’industrie pharmaceutique pour des principes actifs. Il intervient également dans la fabrication de nombreux solvants utilisés pour les revêtements, les colorants en résine, dans le traitement des déchets. Cet éther complète la gamme de solvants oxygénés du groupe lyonnais comme l’isopropanol et l’acétone. En 2016, Novapex avait inauguré une autre unité de production d’IPAC (acétate d’isopropyle) à Roussillon, un investissement de 4 millions qui met en œuvre un procédé innovant développé en partenariat avec IFP Energies Nouvelles.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

De nombreuses acquisitions en cours pour Novacap

En croissance annuelle de 10 à 15 % depuis une dizaine d’années, le chiffre d’affaires de Novacap s’est élevé à 637,8 millions en 2016 avec 1 700 personnes. Il devrait se rapprocher du milliard d’euros cette année après les acquisitions en cours de PCAS (192 millions de chiffre d’affaires, 1 000 personnes à Longjumeau, dans l’Essonne), spécialisé dans les molécules complexes pour les sciences de la vie et les marchés de la chimie fine, ainsi que du limousin ID Bio (chiffre d’affaires non communiqué) et de sa société sœur H2B, spécialisés pour le premier dans l’extraction végétale et pour la seconde dans la fabrication de produits issus du fractionnement sanguin.

Novacap vient de démarrer par ailleurs une unité de production de bicarbonate de sodium à Singapour, un investissement de 35 millions d’euros. Cette production qui déploie une technologie développée en France vise les marchés d’Asie du Sud-Est, du Japon et de Corée du Sud.

Vincent Charbonnier

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

  • Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

    NOVAPEX
ARTICLES LES PLUS LUS