Nouvelle usine pour Messer à Saint-Herblain

Investissement

Partager

Messer, spécialiste des gaz industriels, a mis en service une nouvelle unité de séparation des gaz de l’air (azote, oxygène et argon) à Saint-Herblain (Loire-Atlantique). L’unité, qui dispose d'une capacité de 300 tonnes par jour, a nécessité un investissement de 25 millions d’euros.

« Nous avons réalisé cet investissement avec notre concurrent Linde à 50 % chacun, indique Richard Perrayon, PDG de Messer France. Nous devrions développer une production de 7 000 m3/heure d’azote, 2 800 m3/heure d’oxygène et 120 m3/heure d’argon ».

Cette production s'ajoute à celles des unités de Beauvais (Oise), détenue en propre, et de Strasbourg (Bas-Rhin) et L’Isle-d'Abeau (Isère), qui appartiennent à un concurrent, mais où Messer dispose de tranches de production préférentielles.

La filiale française du groupe allemand Messer (1,2 milliard d’euros dont 800 millions sur le gaz industriels et 400 millions sur le matériel) compte sur son usine de Saint-Herblain pour servir le secteur agroalimentaire des régions Bretagne et Pays de la Loire, notamment pour des applications de cryogénie et d’emballage sous atmosphère protectrice.

Messer France (92 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2009, en hausse de 1 %) dont le siège social se trouve à Puteaux (Hauts-de-Seine), exploite une usine de gaz spéciaux à Mitry-Mory (Seine-et-Marne), cinq centres de remplissage répartis sur la France, et deux unités de séparation d'air à Beauvais (Oise) et Saint-Herblain (Loire-Atlantique), et trois sites de production de CO2 dans toute la France, ainsi qu’une unité de production d'acétylène à Saint-Herblain.

« Au niveau international, Messer a investi près de 700 millions d’euros sur les trois dernières années, notamment consacrés à l’ouverture de dix usines en Europe », commente Richard Perrayon, qui indique que le groupe finalise également à Blanquefort la construction, pour 2 millions d’euros, d’un site de stockage de 350 tonnes de CO2, relié au site de production de Lavéra (Bouches-du-Rhône) par liaison ferroviaire. « Elle nous permettra d’être plus flexibles et fiables dans nos livraisons. Le CO2 est fortement employé dans le secteur alimentaire, notamment dans les vins ou les boissons gazeuses, ou encore en alternative de l’azote dans les technologies de cryogénie », précise le PDG.

Patrick Déniel

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

  • Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

    MESSER FRANCE
ARTICLES LES PLUS LUS